Ecoutez cet article

La Haute Cour Militaire a jugé “non fondée” ce mercredi 13 novembre 2019 la requête de mise en liberté provisoire au bénéfice du prévenu Bakachuraki Kavusa Semei, propriétaire du terrain en construction dans l’enclos de l’hôpital Vijana, sollicitée par ses avocats.

Le rejet de ce moyen contraint donc le prévenu Semei à demeurer sous résidence surveillée jusqu’à la fin de ce procès sur l’assassinat de Belvis Nkunku Ilo, administrateur gestionnaire de Vijana.

À travers leur initiative, ses avocats avaient soutenu que leur client est poursuivi pour des faits qui ne sont pas encore élucidés notamment participation criminelle, incitation des militaires à commettre des actes contraires à leur devoir, arrestation arbitraire…

D’après eux, son maintien en résidence surveillée ne se justifie pas d’autant plus qu’il a été interpellé pour “des raisons d’enquêtes”.

Il sied de signaler que les prévenus Semei et Dolly Makambo sont assignés en résidence surveillée et les deux autres, Serge Kamanda et Jacques Akilimani sont détenus à l’auditorat militaire.

Merveil Molo

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici