Ecoutez cet article

Selon des médias belges, le Chef de l’Etat aurait subi une intervention à cœur ouvert, alors que pour son porte-parole Kasongo Mwema et la famille biologique, il s’agit d’une visite privée n’appelant aucun commentaire.

Fatshi est-il réellement malade? La controverse autour de la santé du Président de la République peine à s’éteindre depuis que l’édition africaine d’un journal belge a annoncé qu’il a subi une intervention chirurgicale mardi 8 mars courant à l’Hôpital Saint Luc de Bruxelles, «qui s’est bien passée», après être parti de Kinshasa dimanche dans un état critique. Ce qui a été démenti par son porte-parole, Kasongo Mwema Yamba Yamba et la famille biologique.

Le Président «n’a jamais été opéré du cœur comme l’annoncent certaines rumeurs», ont indiqué des sources familiales, rapportées par Top Congo FM.

«Il est certes parti pour la Belgique où il séjourne encore et a sûrement été aperçu à l’hôpital où il est parti effectuer son check-up habituel», ont confié les mêmes sources. «Il n’est pas actuellement à l’hôpital », certifie sa famille, «il a profité du report du voyage du couple royal belge pour enfin rencontrer son médecin en Belgique, qu’il n’avait pas pu consulter comme prévu du fait de son emploi du temps très chargé».

Ce n’est pas tout. Outre ses proches, le porte-parole du Chef de l’Etat, Kasongo Mwema Yamba Yamba, a embouché la même trompette. «Non. Le PR n’a subi aucune opération chirurgicale. Il séjourne en visite strictement privée à Bruxelles. Et on ne commente pas les visites privées du Chef de l’Etat», a-t-il écrit sur son compte Twitter comme pour tordre le cou à toutes ces rumeurs charriées par la Toile.

Il faut souligner que la polémique s’enfle sur les réseaux sociaux et a du mal à mobiliser les acteurs politiques même ceux opposés à Fatshi.

Le tabou autour de la santé des présidents

La santé des présidents de la République a toujours constitué un sujet hautement sensible. Au point à se demander si la santé d’un chef de l’État en exercice fait partie de sa vie privée ou doit être publique ?

Au-delà de la santé du président Félix Tshisekedi, la polémique remet au goût du jour la question de rendre public ou non, le bulletin de santé d’un Chef de l’Etat en pleine fonction. Certaines personnes estiment que «la maladie des présidents ne se dit pas. Cela affaiblirait leur autorité… » En plus, soutiennent-ils, dans un contexte de société africaine, les déballages sur la santé d’un individu sur la scène publique sont généralement mal vus.

D’autres, par contre, sont favorables à ce que l’on donne «publiquement et régulièrement les informations liées à l’état de santé du chef de l’État», tout en appelant au «respect de l’intimité de ce dernier». Les partisans de cette thèse mettent notamment en avant, le besoin de «transparence» des Rd Congolais dans le cadre du… nouveau narratif. Difficile de «rester indifférent à l’état de santé du chef de l’Etat dont les compatriotes attendent beaucoup.

Et dans le cadre de ce nouveau narratif justement, les Congolais apprécieraient de voir la Présidence publier, même tous les six mois, le bulletin de santé du Chef de l’Etat.

Toutefois, d’après l’édition africaine de la Libre Belgique, les problèmes cardiaques de Fatshi auraient été diagnostiqués bien avant la campagne électorale de 2018. «Une intervention avait été conseillée mais les médecins ne pouvaient pas garantir sa réussite. Ce qui avait poussé celui qui était alors un opposant à repousser cette opération sans doute devenue inévitable cette fois», écrit la Libre.

Didier KEBONGO
Forum des as

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici