Dans une interview accordée à 7SUR7.CD ce jeudi 21 mai 2020 au sujet de la déchéance du premier vice-président de l’Assemblée nationale, Franck Diongo affirme que cette pétition est une attaque directe ou indirecte contre président de la République via Jean-Marc Kabund.

“C’est une attaque contre le président de la République. Kabund ne va pas partir”, a indiqué le président du Mouvement Lumumbiste Progressiste, (MLP).

Selon Franck Diongo, les éléments du point de vue politiques ne sont pas réunis pour favoriser un quelconque départ de Kabund du bureau de la chambre basse du Parlement.

“Au regard des us et coutumes parlementaires, au regard de la philosophie générale de fonctionnement et la direction de coalition parlementaire, il est impossible de faire partir Kabund par cette pétition qui émane d’un député de l’opposition. Que le député soit instrumentalisé ou pas, il est impossible parce que les facteurs clés de réussite pour faire partir Kabund ne sont pas politiquement réunis”, a-t-il renchéri.

À en croire Franck Diongo, ces genres de question qui émanent des divergences dans une coalition au pouvoir ne se règlent pas juridiquement.

Pour rappel, le député du MLC Jean-Jacques Mamba auteur de cette pétition qui vise la déchéance de Jean-Marc Kabund, reproche au premier vice-président de l’Assemblée nationale d’avoir notamment menti sur le coup du congrès qui devait se tenir sur l’État d’urgence sanitaire décrété par le président Tshisekedi.

Dans une correspondance adressée à la présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda, Jean-Marc Kabund a indiqué que cette pétition pose problème sur le plan de l’éthique évoquant les députés qui ont dénoncé le faux et usage de faux après avoir constaté la présence de leurs noms et signatures sur la liste des pétitionnaires.

Jephté Kitsita

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici