Écoutez cet article

Dolly Makambo, ministre provincial de l’intérieur, de la sécurité et Décentralisation, est officiellement en résidence surveillée. Selon nos informations, il est notamment mis à sa charge l’infraction d’incitation des policiers à commettre des actes contraires à leurs devoir. Il faut rappeler qu’un policier commis à sa garde avait tué mercredi l’Administrateur du Centre de santé Vijana de la commune de Lingwala (Kinshasa).

Tout s’est accéléré ce jeudi. Le ministre a été convoqué à l’auditorat militaire. La machine législative s’est enclenchée dans la foulée. Le député Osée Badibanga de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Président de la Commission Politique, Administrative et Juridique de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, a déposé une question orale avec débat lui adressée.

Aussi, l’Eglise du Christ au Congo (ECC), le plus grand regroupement des églises protestantes du pays, a demandé à l’Assemblée provinciale de Kinshasa d’initier une motion contre le ministre. L’ECC exige également les poursuites judiciaires « exemplaires » à l’endroit des coupables. Elle a interpellé aussi les ministres nationaux de l’ intérieur et de la justice « à pouvoir s’investir de manière à mettre définitivement fin aux dérapages intentionnels et inacceptables des forces de l’ordre.

Pendant ce temps, le policier qui avait tiré court encore. Toujours dans le cadre des bévues dans la Police, un policier a été condamné jeudi à la peine capitale dans le cadre d’un procès en flagrance suite au décès par balle d’un motocycliste lundi toujours à Kinshasa.

Actualite.cd

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici