Le président de la République, Félix Tshisekedi a, lors du Conseil des ministres du vendredi dernier, invité le gouvernement, plus particulièrement les ministres sectoriels à poursuivre les efforts déjà engagés pour faire respecter la réglementation en vigueur sur l’exercice du petit commerce et de commerce de détail RDC.

Il a chargé l’exécutif national à travailler avec les associations patronales concernées sur “des projets de réformes rendues nécessaires par les contingences de l’heure”, d’après le compte-rendu du 48è Conseil des ministres.

Cette décision intervient quelques jours après des revendications des tenanciers de chambres froides et autres vendeurs des produits alimentaires, qui réclamaient notamment le respect strict des lois régissant l’exercice du petit commerce et du commerce de détail en RDC.

Pour rappel, ces textes des lois réservent tantôt l’exclusivité de l’exercice du petit commerce et du commerce de détail aux Congolais, interdisent aux producteurs, importateurs et grossistes d’exercer le commerce de détail, dans le but de favoriser l’entrepreneuriat national et l’émergence d’une classe moyenne congolaise, gage du développement intégré de notre pays.

Ces dispositions légales prévoient néanmoins quelques assouplissements exceptionnels pour certains secteurs, tels que les stations-service, les supermarchés, les restaurants, l’hôtellerie, etc.

Cependant, poursuit le compte-rendu, l’on constate dans la pratique, que les grands importateurs et autres grossistes, majoritairement étrangers, continuent à exercer le commerce de détail et le petit commerce au mépris des textes en vigueur accordant cette exclusivité aux nationaux.

Pour l’exécutif national, “cette situation asphyxie les congolais qui exercent dans ces secteurs, et est de nature à mettre en péril la paix sociale et l’éclosion d’une classe moyenne nationale”.

Tridon Ilunga

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici