Ecoutez cet article

Beaucoup n’avaient pas vu venir les déconvenues enregistrées par le camp Kabila, pourtant l’ex-chef de l’Etat a laissé bien des plumes. Ces derniers jours, le bureau de Jeanine Mabunda est tombé, contre toute attente, de nouvelles tendances se manifestent au sein même du FCC : le FCC progressiste en est un.

Le leadership de Néhémie Mwilanya est également contesté, les plus jeunes leaders de la plateforme réclament clairement une remise en question. Des alliés comme AFDC-A de Nené Nkulu connaissent également des pertes. D’autres défaites sont également à mettre dans le sac de Kabila : la nomination des juges constitutionnels, le rejet des lois Minaku-Sakata, le départ de Célestin Tunda du gouvernement, le dossier Ronsard Malonda renvoyé par le président de la République, etc.

Constatant les fissures sur le mur FCC, son successeur, Félix Tshisekedi, annonce qu’il désignera bientôt un informateur pour identifier clairement la majorité parlementaire.

Il reste à savoir jusqu’à quand Kabila va continuer à reculer ? Les réponses ne sauront tarder. L’autorité morale du FCC, en séjour depuis le 18 décembre dans l’ex-Katanga, a été rejoint ces derniers jours de quelques-uns de ses fidèles parmi lesquels : Raymond Tshibanda, Liliane Mpande, Marie-Ange Mushobekwa, Didace Pembe, Félix Kabange Numbi et Didi Manara. Lubunga Byaombe, Boyamba Antoine et Kikaya Bin Karubi étaient déjà sur place. Ces personnalités participent à la réflexion sur la crise qui mine le FCC.

Actualite.cd

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici