Le président de Ensemble pour le changement, Moïse Katumbi Chapwe, a, lors de son adresse à la population de Bunia, en Ituri, vendredi 1er novembre, évoqué plusieurs nécessités relatives à la lutte contre l’insécurité dans cette partie du pays.

L’ancien gouverneur de l’ex Katanga s’est dit “touché” par les tueries à répétition, particulièrement en Ituri.

« Nous ne pouvons accepter ces innombrables tueries, ces violences, ces destructions, ces massacres. Nous ne pouvons pas accepter cette barbarie qui est qui est devenue presque quotidienne. Ces souffrances sont la conséquence des ennemis de notre peuple ; des ennemis qui veulent prospérer en attisant la haine et en cultivant le peur », a-t-il dit.

D’où, son appel à la communauté internationale, au gouvernement et à toutes les forces vives de le RD Congo.

Il a appelé les autorités de la République Démocratique du Congo à prendre « ses responsabilités » afin d’assurer la protection des citoyens, dans toutes les provinces.

« Aux autorités de notre pays, je leur demande de prendre leurs responsabilités afin d’assurer la protection de tous les citoyens sur l’étendue du territoire. Dans toutes les provinces, celà passe par le rétablissement de l’autorité de l’Etat, en rétablissant tout d’abord une justice effective, afin de punir les auteurs de ces massacres », a souligné Katumbi Chapwe.

Le patron de Ensemble a, en outre sollicité, la réhabilitation des routes afin de permettre aux forces de sécurité d’atteindre toutes les agglomérations en insécurité.

« Je les appelle à réhabiliter les tronçons routiers pour permettre l’intervention rapide des forces de sécurité et l’accès des agents humanitaires pour venir en aide aux victimes », a-t-il ajouté.

Pour lui, la somme de 100 millions de dollars américains doit être prévue dans le budget de l’Etat. Ce, pour les interventions urgentes dans les provinces victimes notamment des conflits, épidémies et catastrophes humanitaires.

L’opposant Moïse Katumbi a bouclé la première partie de sa tournée nationale par la ville de Kindu, dans le Maniema.

Selon son regroupement, Ensemble pour le changement, la deuxième partie est prévue dans les villes de l’Ouest et oriental de la République Démocratique du Congo.

Crispin Kazadi

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici