Ecoutez cet article

Dans une note circulaire du 12 août 2021 adressée aux directeurs de cabinet adjoints du président de la République, conseillers Spéciaux, conseiller privé, conseillers principaux, ambassadeurs Itinérants, chargés de missions, envoyés spéciaux, représentants personnels, assistants personnels, directeur de la Communication, directeur du Bureau de conjoint du chef de l’Etat, coordonnateurs des services spécialisés et conseillers, le directeur de cabinet du chef de l’État, Guylain Nyembo, révèle qu’il s’observe que, de plus en plus, de membres du cabinet du président de la République brillent par la commission d’actes qui dénotent une usurpation du pouvoir exclusif de représentation du cabinet.

A l’en croire, ce pouvoir est légalement dévolu au seul directeur de cabinet du président de la République, vis-à-vis des autres institutions de la République et des tiers.

Par la même occasion, il indique qu’il est notamment question des invitations adressées, par des membres du cabinet aux autorités politiques, administratives ou encore à des citoyens, les conviant à prendre part à des réunions ou séances de travail pour le compte de la présidence de la République, sans pour autant avoir obtenu, au préalable, une autorisation du directeur de cabinet du président de la République, ou encore moins, l’en avoir informé.

À ces faits, souligne le directeur de cabinet du chef de l’État, s’ajoutent aussi l’attribution unilatérale, par certains membres du cabinet, des prérogatives ou la prise d’initiatives personnelles pour le règlement des litiges qui se posent au sein des administrations publiques voire privées.

« Cette situation est de nature non seulement à violer l’ordonnance n°21/010 du 5 mars 2021 portant organisation et fonctionnement du Cabinet du Président de la République, mais aussi et surtout à entrainer une confusion et par ricochet un dysfonctionnement au sein de la plus haute administration du pays », déplore t-il via cette note circulaire.

Et de poursuivre :

« De ce fait, il est l’ordonnateur principal des dépenses du cabinet du Président de la République. Le Directeur de Cabinet assure la liaison entre le Cabinet et toutes les institutions de la République. Le Directeur de Cabinet édicte le Règlement Intérieur du Cabinet, organise le travail du Cabinet, exerce le pouvoir disciplinaire sur tous les membres du Cabinet et, enfin, statue par voie de Décision »

Il en découle que :

– Seul le directeur de cabinet a le pouvoir d’engager le Cabinet vis-à-vis des tiers ou d’échanger la correspondance avec l’extérieur ou les autres institutions, sauf délégation expresse des pouvoirs ;

– Les conseillers Spéciaux rendent directement compte de leur mission au Chef de l’Etat conformément à l’article 8 de l’ordonnance précitée. Néanmoins, ils ne peuvent pas signer d’autorisations ni accorder des mandats spéciaux au nom du Président de la République ;

– Les invitations des personnes extérieures au Cabinet (Autorités politiques, administratives, tiers) à des réunions de travail devraient s’inscrire dans le cadre d’un dossier administratif préalablement ouvert et attribué au sein du cabinet du président de la République. Seul le Directeur de Cabinet à la prérogative de lancer ces investigations, sauf dérogation expresse accordée par lui.

En conclusion, Guylain Nyembo prévient que le membre de cabinet du président de la République qui dérogera aux dispositions de l’ordonnance et de la décision mentionnées, ci-dessus, tirera les conséquences de son comportement.

Africa 24 sur 24

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici