Ecoutez cet article

Les femmes de la ville de Butembo ont manifesté, ce jeudi 27 septembre 2018, leur colère contre la persistance de l’insécurité à Beni. Réunies au sein de la Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance (DYFEGU), ces femmes sont descendues dans les rues de Butembo pieds nus.

Peu avant de clôturer leur marche pacifique, ces mamans ont déposé, tour à tour, leur mémorandum à la mairie et à la base de la Monusco. Elles ont même organisé un sit-in au rond point VGH en plein centre ville.

Dans leur mémorandum, les femmes veulent que le gouvernement tire son attention face à la situation sécuritaire comme il le fait pour la maladie à virus Ebola. Au même endroit, ces manifestantes ont publiquement déchirés leurs habits avant de poursuivre leur marche jusqu’à l’hôtel de ville.

Devant l’autorité urbaine, Rose Tuombeyane, porte-parole de cette structure, a indiqué que l’acte posé au rond point VGH est l’expression de leur colère contre ceux qui tuent à Beni, eux mêmes nés aussi des femmes.

Elle a ajouté qu’au lieu d’aller détruire les chars de combat à la base des forces de la Monusco qui ne font rien, elles ont choisi de “détruire” leurs propres habits.

Le maire de Butembo, Sylvain Kanyamanda, qui a réceptionné le mémorandum a promis de transmettre aux concernés.

Notons que la marche a chuté à la base de la Monusco où un autre mémorandum a été déposé.

Le député Mbindule empêché de se rendre à Beni

Accompagné d’une foule, le député Crispin Mbindule, élu de Butembo, a animé une manifestation, sur fond de marche, sur la route Nziapanda pour dénoncer les tueries de Beni.

Il a dit à ses partisans avoir été empêché de participer aux funérailles des victimes des derniers massacres de Beni. ” J’ai été surpris de rencontrer toute une ceinture d’hommes armés à l’entrée Nord de la ville de Butembo pour barrer la route à mon véhicule au niveau de la barrière de Kangothe”, a-t-il martelé.

14 jeunes de Butembo en route pour Beni arrêtés

Au moins 14 jeunes de Butembo décidés de se rendre à Beni ont été arrêtés par les forces de l’ordre au niveau de Kabasha. À les en croire, leur démarche consistait à compatir avec la population de Beni, après le massacre d’une dizaine de personnes en plein centre-ville. Présentés à la mairie de Beni, le motif de leur arrestation n’est pas encore connu. Cependant, plusieurs personnes présentes à la mairie ont plaidé pour leur libération.

MCP

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici