Ecoutez cet article

Des partis politiques de l’opposition en RDC se réuniront ce samedi 29 septembre à Kinshasa. Plusieurs sujets seront abordés, notamment la machine à voter. Mais, l’issue de ces retrouvailles semblent encore incertaine.

L’annonce a été faite hier par la plateforme Ensemble pour le changement de l’opposant en exil Moïse Katumbi. « Meeting de l’Opposition du 29 septembre 2018 à la Place Triomphale ! », peut-on lire sur la page Twitter de Delly Sessanga, secrétaire général d’Ensemble pour le changement.

Des cadres de l’opposition dont Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Jean-Pierre Bemba et Freddy Matungulu devraient donner leur vision commune sur les élections du 23 décembre prochain. Des élections dont la préparation est loin de faire l’unanimité.

Outre l’existence d‘électeurs « fictifs », la machine à voter fait grincer les dents au sein de l’opposition et de la société civile. Il faut donc faire feu de tout bois pour obtenir un processus électoral « fiable ».

Une vision que ne partage pas Kinshasa qui continue d’exécuter le processus électoral tel qu’il l’a déjà conçu. De là ignorer de nombreuses critiques émises par des pays étrangers au sujet de l’organisation de ces élections.

Le meeting de ce samedi se tiendra avec l’aimable autorisation des autorités congolaises. « Je prends acte de la tenue de votre activité à cette date de 10 heures à 15 heures, sur l’espace compris entre le boulevard Triomphal et l’avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu », a écrit le 27 septembre dernier André Kimbuta, gouverneur de la ville de Kinshasa.

Est-ce à dire qu’il n’y aura pas de heurts ? Comment la police entend-elle sécuriser l‘événement ? En tout cas, en politique, les choses ne se déroulent pas souvent comme prévu.

Et tous les scénarios sont possibles dans une RDC où les manifestations ont souvent été réprimées. Parfois dans le sang.

MCP

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici