Ecoutez cet article

Sept jours ouvrés ont suffit au premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, pour consulter 56 délégations issues des forces politiques, des organisations socio-professionnelles et de la Société civile. S’il a officiellement clôturé, ce 1er Mars 2021, la série de rencontres entamées le 22 février dernier, il met le cap vers la formation du Gouvernement.

Des journées bien pleines avec des audiences qui s’enchaînent au moment que la compilation progressive des propositions… tel a été le rythme auquel était soumis le formateur du Gouvernement de l’Union sacrée de la Nation au cours de cette longue semaine.

Autant Sama Lukonde a expliqué à tous interlocuteurs l’enjeu de missions lui assignées par le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, en rapport avec le programme du Gouvernement, autant il leur a donné les orientations précises quant aux critères édictés pour les candidats aux différents postes ministériels.

Bien plus, le Premier ministre s’est mis à l’écoute, avec un sens d’ouverture apprécié par tous, des attentes et des suggestions des uns et des autres par rapport non seulement à l’équipe gouvernementale en formation mais aussi au programme du Gouvernement à élaborer.

Avec la clôture de ces consultations, Jean-Michel Sama Lukonde va devoir accélérer, dès ce mardi 2 mars, le travail de compilation et de toilage de listes de candidats ministres soumis par les regroupements politiques de l’Union sacrée de la Nation en vue de présenter, à l’attention du chef de l’Etat, le rapport de ses consultations avec en annexe la mouture de la composition de son équipe gouvernementale.

Des observateurs estiment que cela pourrait être possible dans les prochaines 72 heures. Et éventuellement, si tout se passait bien, l’ordonnance présidentielle pourrait être signée par le président de la République dans les 10 prochains jours.

Ce qui permettrait, soutiennent des analystes, au Premier ministre d’avoir le temps nécessaire de peaufiner son Programme gouvernemental à présenter devant l’Assemblée nationale aussitôt après l’ouverture de la session parlementaire ordinaire de Mars. L’objectif étant d’obtenir l’approbation dudit Programme et l’investiture de son Gouvernement.

Une équipe gouvernementale souhaitée être de « combat » d’autant plus qu’elle sera astreinte à délivrer des résultats au regard des missions lui assignées, lesquelles sont en phase avec les attentes du peuple.

Pour y parvenir, le premier ministre a la lourde mission de proposer ses hommes et des femmes épris de compétence, de probité morale, d’abnégation et de patriotisme.

A tous ses interlocuteurs, Jean-Michel Sama Lukonde n’a cessé d’insister sur l’impératif pour tout candidat de disposer d’un casier judiciaire vierge et d’être obligé de signer le Code d’éthique et de déontologie de l’agent public de l’Etat.

Une dernière évidence : le Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation sera réduite de taille par rapport à l’actuel et tiendra compte de la représentativité de jeunes, particulièrement des femmes. Il n’est pas exclu que le 3/4 de ses membres soient de nouvelles figures.

En rappel, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a mené ces consultations, du 22 Février au 1er Mars 2021, au 10ème niveau de l’Hotel du Gouvernement à Kinshasa.

zoom-eco

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici