Ecoutez cet article

Au moins six civils dont des commerçants ont été abattus dimanche soir lors d’une fusillade sans précédent à Goma, ville prospère et chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Le bilan de la fusillade hier dimanche au quartier Mugunga dans la ville est de « six morts et 19 blessés », a déclaré le maire de Goma Timothée Muyisa, excluant la thèse d’une attaque terroriste dans cette ville frontalière avec le Rwanda.

“On ne connaît pas s’ils sont venus de quel coin, là où ils sont partis on ne connaît pas (…) les forces de sécurité sont en train de suivre les traces de leurs pas”, a ajouté l’autorité urbaine renseignant que des assaillants « ont fait incursion dans des boutiques », ouvrant « le feu sur des paisibles citoyens ».

Ce matin, des dizaines de populations du quartier Mugunga situé dans la périphérie de Goma ont manifesté – barricadant des routes et brûlant des pneus – pour dénoncer la persistance de l’insécurité, ont rapporté des témoins, indiquant que la fusillade a eu lieu vers 18 h, heures locales.

Dans cette ville qui a connu dans le passé plusieurs rébellions, douze patients couchés sur leur lit d’hôpital, ont été poignardés en février dernier au Quartier Ndosho (ouest de la ville) par des personnes non-identifiées à Goma.

A cette violence inédite dans une ville de plus d’un million d’habitants, s’ajoute des cas isolés mais très chroniques, des fusillades et braquages des commerces.

Construite au pied du volcan Nyiragongo et les rives du lac Kivu, Goma est frontalier au territoire de Masisi en proie à l’activisme de plusieurs groupes armés.

Christine Tshibuyi

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici