Le Collectif des mouvements citoyens et associations des jeunes invite le président de la République Félix Tshisekedi à tout mettre en œuvre afin de stopper “l’hémorragie judiciaire” observée ce dernier temps et qui risque de faire tâche d’huile sur les ambitions d’installer un véritable État de droit en RDC.

Dans une déclaration le mardi 26 mai 2020, cette structure dénonce des “procédures cavalières où plusieurs dossiers sont gérés selon les humeurs et attentes personnelles de certains magistrats soumis à des pressions politiques”.

Elle cite, à titre indicatif, les dossiers Jean-Jacques Mamba (député national du MLC)
et Patient Sayiba (DG de l’OGEFREM).

“En effet, dans un État qui se veut démocratique, le pays doit être capable d’arrêter le pouvoir, sinon c’est l’anarchie totale qui risque de pousser à l’exacerbation populaire susceptible de freiner l’élan démocratique et l’émergence de notre chère nation qui ne veut plus être la risée des autres”, lit-on dans ladite déclaration signée par Corneille Mulumba, représentant de ce Collectif des mouvements citoyens.

Par ailleurs, cette organisation de la société civile appelle le Conseil supérieur de la magistrature à “réprimander les magistrats qui, par abus d’autorité et sans désemparer, violent le serment qui les invite à respecter les lois du pays”.

En outre, elle demande au ministre de la justice de renforcer sa collaboration avec les organes de la justice et assainir leur fonctionnement, “en particulier le parquet près la Cour de cassation qui, depuis un temps s’illustre dans les procédures insolites contre des hauts cadres du pays”.

“Sommes-nous toujours dans la philosophie de l’instauration d’un véritable État de droit où dans celle d’un État où les politiciens véreux profitent de leur position en utilisant le droit et la justice pour régler les comptes à leurs adversaires et à certains compatriotes qui leur font ombrage ?”, s’interroge le Collectif des mouvements citoyens et des associations des jeunes de la société civile.

Ledit collectif met également en garde les politiciens “véreux qui versent sans vergogne dans des cabales à grande échelle et diverses pratiques malsaines pour faire échec à l’avènement de l’État de droit longtemps recherché par le peuple congolais et voulu par le chef de l’État”.

Prince Mayiro

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici