Ecoutez cet article

Quelques semaines après la tempête politique à la base de l’éviction de Mabunda, le Bureau d’âge fait savoir que l’on court vers un grand tournant. Par des consignes fermes, les députés nationaux ont mis le cap vars la Primature en vue de se décharger sur le chef de l’Exécutif national, en témoignent les journaux parus ce matin à Kinshasa.

FORUM DES AS note qu’à l’Assemblée nationale, la motion de censure contre Ilunga Ilunkamba est activée depuis hier. Selon le quotidien de Limete, c’est dans l’hémicycle où l’Assemblée est en session extraordinaire que la motion de censure contre le gouvernement du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a commencé à récolter les signatures des élus nationaux.

FORUM DES AS précise que le président du groupe parlementaire du parti présidentiel, Tonny Mwamba, en est parmi les tout premiers signataires. Et le tabloïd d’estimer que la motion contre Ilunga Ilunkamba était boutiquée depuis plusieurs jours, même bien avant la chute du Bureau Mabunda. Mais rien n’était si sûr, commente le journal.

L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE rapporte que le bureau d’âge est déterminé à poursuivre les travaux de la session extraordinaire jusqu’à l’installation du bureau définitif. Selon le bulletin quotidien, le rapporteur du bureau d’âge de l’Assemblée national, Gaël Bussa, rassure le peuple congolais, dans une mise au point faite mardi à Kinshasa, de la détermination de son bureau à poursuivre inlassablement et de manière imperturbable les travaux de la session extraordinaire jusqu’à l’élection et à l’installation du bureau définitif de cette institution.

L’ACP écrit que le député national Bussa qui réagissait aux allégations circulant dans les réseaux sociaux, a déclaré que le bureau d’âge n’est nullement saisi des prétendues pétitions contre lui, avant de les juger fausses et non fondées.

LE POTENTIEL qui revient sur les pétitions contre le bureau d’âge, titre que cette démarche n’a aucun fondement juridique. Selon le quotidien de l’avenue Bas-Congo, dans un message publié hier mercredi sur son compte tweeter, Steve Mbikayi ne donne pas beaucoup de chance à cette démarche au regard du nombre de pétitionnaires, ce qui rend cette action inefficace.

Le journal rappelle que trois pétions ont été signées contre les membres du bureau d’âge et déposées, lundi 11 janvier, au secrétariat administratif de l’Assemblée nationale par un huissier de justice.

LA PROSPERITE annonce que malgré la Covid-17, il n’y aura pas d’année blanche pour les élèves et étudiants. Le quotidien de Mont-Fleury rappelle que la progression de la deuxième vague de la Covid-19 est préoccupante en République démocratique du Congo. Face à cela, poursuit le journal, le premier ministre Ilunga Ilunkamba a présidé ce mercredi 13 janvier 2021, une réunion du Comité multisectoriel de riposte contre la Covid-19.

Le ministre de la Santé, Longondo, qui a dressé le compte-rendu de cette séance de travail, a précisé que le pays enregistre une moyenne journalière de 230 à 260 contaminations et le nombre de décès augmente de manière inquiétante alors que les hôpitaux sont d’ores et déjà saturés.

Il revient du même tabloïd que le Comité a rassuré que tout sera mis en œuvre pour que les années académiques et scolaires ne soient blanches.

L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE fait savoir que la CENCO appelle à la prise en charge convenable des enseignants par le trésor public. A en croire le média public, la prise en charge convenable des enseignants et des écoles constitue la solution efficace pour sauver cette gratuité de l’enseignement.

A ces propos, la CENCO reste déterminée à accompagner le processus de la gratuité de l’enseignement de base qu’elle considère irréversible.

Raymond Okeseleke

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici