La marche organisée par le Front commun pour le Congo (FCC) le jeudi 23 juillet en soutien aux institutions du pays et au respect de la Constitution domine les numéros de la presse parue ce matin dans la capitale congolaise.

« Caton plein pour le FCC », titre L’AVENIR qui revient en long et détails sur cette marche de la famille politique de Joseph Kabila. Pour ce journal, nul n’a le monopole de la rue. « Après les mouvements citoyens, l’Udps, Lamuka, est venu le tour du Front commun pour le Congo (FCC) de manifester dans la rue. Une marche réellement pacifique, ni gaz lacrymogène, ni balle réelle, aucun acte de vandalisme de la part des manifestants en face d’une police cette fois professionnelle », mentionne le tabloïd.

Si elle n’a pas duré longtemps, cette marche « revêt un sens patriotique, son objectif étant de soutenir les institutions de la République et l’unité nationale », ajoute le tabloïd. Parmi ces institutions, il y a le président de la République, précise le journal qui reprend la réaction de Lambert Mende, membre du bureau politique du FCC lors de cette marche.

FORUM DES AS met également l’accent sur le déroulement pacifique de cette manifestation et titre : « une marche réussie avec zéro dégât ». Le journal notre aucune perte en vies humaines déplorée dans toutes les villes du pays où la manif a eu lieu. « Pas la moindre destruction des biens privés ni publics. Preuve que le mot d’ordre des hiérarques du FCC, appelant leur militants à la discipline, a été reçu cinq sur cinq. Par delà tout, le caractère pacifique de la marche a été observé sans la moindre faille. »

Sur fond de respect des textes, le PPRD Emmanuel Ramazani Shadary, renchérit le quotidien de la commune de Limete, soutient formellement que le Premier ministre n’est pas un garçon de course de qui que ce soit. ” Le Premier ministre est Chef du Gouvernement. Il faut qu’il assume ses prérogatives. C’est pourquoi, tout en félicitant les éminentes personnalités qui étaient élues à la Cour constitutionnelle, parce qu’ils remplissent les conditions et que ce sont des Congolais bien formés et expérimentés, mais nous disons : on devait respecter la forme. Nous nous battons justement pour qu’on corrige parce que la forme n’a pas été respectée ».

Plus curieux, Le POTENTIEL constate que Kalev, l’ancien patron des renseignements congolais, a marché avec le FCC. Ce qui, pour le tabloïd, est « victoire pour la démocratie ».

« Dans ce mesurage de rapport des forces, par le truchement de la rue, c’est la victoire de la ‘’jeune’’ démocratie congolaise. La preuve, c’est que même l’ancien ‘’tout puissant’’ chef de l’ANR, Kalev Mutond a manifesté librement et retourné chez lui sans être inquiété », apprécie le tabloïd qui estime que les deux alliés de la coalition FCC-CACH se sont donné des leçons : « La première est que la rue a servi d’école pour les ancien pour les anciens dignitaires du régime Kabila, eux qui, à chaque manifestation publique, faisait couler le sang de paisibles citoyens… La deuxième : le FCC a démontré que la rue n’appartient donc pas seulement à l’opposition congolaise ni même au parti de Félix Tshisekedi… La troisième est que le FCC a remis en cause la marche de l’Udps qui a abouti à des incidents aux sièges de ses alliés ainsi qu’à des morts d’hommes ».

L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE a noté, à la suite de cette marche du FCC, la perturbation de la circulation routière et la rareté du transport en commun observées particulièrement aux alentours du stade des Martyrs et du Palais du peuple. Les bus en provenance des communs de Limete, de Selembao, de Bandalungwa, de Bumbu, de Lingwala à destination de la commune de la Gombe ont été empêchés par le dispositif policier qui était installé sur l’avenue Assosa à Kasa-Vubu et la place Pont Cabu, dans la commune de Kinshasa, contraignant les passagers à faire plusieurs distance à pieds, en croisement avec les motocyclistes, rapporte l’agencier national.

Comme pour couper la poire en deux, CONGO NOUVEAU croit que le « dialogue s’impose » entre le FCC et le CACH. Malgré la virulence du communiqué du FCC qualifiant d’inconstitutionnelles les ordonnances du président Félix Tshisekedi, les caciques de la plateforme de Joseph Kabila ont, tout au long de leur marche, appelé à l’unité nationale et au soutien aux institutions de la République, note le trihebdomadaire. Pour qui, cette position du FCC démontre l’ouverture à des discussions avec le CACH, notant qu’entre Félix Tshisekedi et son partenaire de coalition Joseph Kabila, « la corde se tire mais ne se rompt pas ».

Socrate Nsimba

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici