Ecoutez cet article

Dans un entretien accordé au journal Le Soir, le ministre des Affaires étrangères de la RDC, Léonard She Okitundu, accuse son homologue belge Didier Reynders d’être à la manœuvre contre Kinshasa.

Depuis la suspension de la coopération bilatérale entre la RDC et son ancienne colonie, la Belgique, suite à la répression sanglante de la marche pacifique du 31 décembre 2017 organisée par le Comité Laïc de Coordination (CLC) en vue d’exiger l’application intégrale de toutes les dispositions de l’Accord du centre interdiocésain dans son volet décrispation politique, le climat est devenu très tendu entre Kinshasa et Bruxelles.

Ceci se manifeste dans les gestes et comportements des autorités congolaises qui sont allées jusqu’à boycotter la toute première conférence internationale de donateurs organisée par la communauté internationale pour mobiliser les ressources devant permettre à la RDC de faire face à la crise humanitaire grave qui secoue ce pays classé au niveau L3, soit au même pied que la Syrie et le Yémen.
Ce qui fait dire à certains observateurs que la diplomatie congolaise serait en panne et même aux abois.

On en veut pour preuve l’entretien que le vice –premier ministre et ministre congolais des Affaires Etrangères, Léonard She Okitundu, vient d’accorder au quotidien belge Le Soir. Entretien où le chef de la diplomatie de la RDC s’est montré très plaintif, allant jusqu’ à accuser son homologue belge, Didier Reynders, d’être « à la manœuvre contre Kinshasa !

She Okitundu s’est permis aussi de taxer Didier Reynders d’ »être plus pire que le Flamand Karel De Gutch », l’ancien ministre des Affaires de la Belgique qui avait été décrié par les autorités de la RDC pour son franc parler. « Tout porte à croire que la Belgique a levé l’option de tourner le dos aux autorités en place à Kinshasa et même de leur trouver une alternative.

C’est même pire que du temps de Karel de Gucht (l’ex-chef de la diplomatie belge, particulièrement critique envers le régime du président Joseph Kabila, ndlr) avec lequel nous avions eu des heurts ponctuels » , a déclaré Léonard She Okitundu au journal Le Soir. « On a l’impression que l’acteur principal de la diplomatie belge (M. Reynders) est à la manœuvre contre nous.

Heureusement, des canaux de communication subsistent et le Premier ministre Charles Michel s’est déjà entretenu à plusieurs reprises avec le président Kabila, les ponts ne sont donc pas rompus. Il faudra trouver une solution à la crise actuelle… Nous la regrettons, mais nous continuons à aller de l’avant », a aussi affirmé Léonard She Okitundu.

L’aide humanitaire belge repoussée !

Léonard She Okitundu s’est même permis de menacer les ONG qui accepteraient l’argent de la Belgique de se voir interdites de travailler en RDC, a rapporté le magazine Jeune Afrique sur son site internet. A travers cette menace, le gouvernement congolais rejette la quote-part d’aide humanitaire de la Belgique, qui a déjà débloqué plus de 11,6 millions de dollars sur les 18 millions promis à ce jour.

« Les ONG qui recevront cet argent ne seront pas autorisées à travailler dans notre pays », prévient le chef de la diplomatie congolaise. « La Belgique a décidé de rompre de manière unilatérale sa coopération bilatérale avec nous, nous devons aller au bout de cette logique. », tance Léonard She Okitundu.

Avec cette menace, plusieurs agences du système des Nations Unies risquent d’être directement concernées par cette mise en garde du gouvernement congolais, ont noté nos confrères de Libre Afrique.

Volte-face de Kinshasa

Curieusement, après avoir boycotté la conférence humantaire organisée à Genève, le gouvernement congolais par l’entremise de Léonard She Okitundu souhaite être associé dans l’utilisation des ressources récoltées à la conférence de la capitale helvétique.
Au cours d’une conférence de presse tenue à Kinshasa, She Okitundu a affirmé que le gouvernement Tshibala voudrait être « associé (…) pour actionner cette aide. Sinon nous allons tirer les conséquences » !

« Il faudrait qu’on s’entende sur la manière d’utiliser cette manne », fronde-t-il. Cette attitude a indigné des nombreux Congolais moyens qui ont suivi avec attention cette déclaration du gouvernement de la RDC jetant un discrédit sur les assises de Genève.
Les assurances de Léonard She Okitundu

Malgré la brouille diplomatique avec Bruxelles, le chef de la diplomatie congolaise a toutefois promis dans cet entretien que les élections présidentielles, législatives et provinciales auront bien lieu le 23 décembre prochain.

« Le processus est en cours, la Commission électorale avance bien, en juin prochain, elle enregistrera le dépôt des candidatures à tous les scrutins, ce sera un moment important. Les élections auront lieu comme prévu, je peux vous l’assurer », a souligné le ministre Léonard She Okitundu.

GKM
La Tempête des Tropiques

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici