L’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba “pourra rentrer” en République démocratique du Congo s’il le souhaite, a déclaré dimanche, 17 juin 2018, le ministre des Affaires étrangères sans préciser s’il était poursuivi par la justice congolaise.

“Jean-Pierre Bemba est parti de sa propre volonté. S’il veut rentrer, il pourra rentrer”, a déclaré Léonard She Okitundu dans l‘émission “Internationales” de RFI/Le Monde/TV5Monde.

“Je ne suis pas en mesure de vous répondre. Je ne suis pas informé que Jean-Pierre Bemba ait un dossier judiciaire ici”, a ajouté le ministre des Affaires étrangères sur un éventuel mandat d’arrêt émis par la justice congolaise à l’encontre de M. Bemba.

M. Bemba se trouve depuis vendredi 8 juin 2018 “en liberté provisoire en Belgique en attendant une décision finale sur sa peine”, a indiqué samedi la Cour pénale internationale (CPI), qui l’a acquitté de crimes contre l’humanité et crimes de guerre mais pas dans une affaire de subordination (corruption) de témoins.

La CPI émet des “conditions spécifiques” à sa liberté provisoire après dix ans de détention dont “ne pas changer d’adresse sans préavis”.

L’ex-candidat à la présidentielle de 2006 avait quitté Kinshasa sous escorte des Nations unies en 2007 après des combats entre sa milice et l’armée régulière du président Joseph Kabila.

Moïse Katumbi sur le fil du rasoir

A Kinshasa, son parti politique (Mouvement de Libération du Congo) compte “bien entendu” sur sa présence à son congrès les 12 et 13 juillet, a indiqué à l’AFP une de ses fidèles, Eve Bazaiba.

Le dépôt des candidatures à l‘élection présidentielle prévue en décembre est annoncé du 25 juillet au 8 août.

En revanche l’autre opposant Moïse Katumbi “sera entre les mains de la justice comme cela a été prévu s’il rentre au pays”, a confirmé M. She Okitundu.

M. Katumbi, qui a quitté la RDC en mai 2016, a été condamné dans une affaire immobilière dont il nie tout fondement.

Le ministre congolais a par ailleurs indiqué qu’il se rendrait lundi à Luanda pour parler du processus électoral en RDC.

Il a enfin confirmé l’absence à Kinshasa du nonce apostolique, qui avait eu des mots très durs envers le pouvoir en place, niant que l’ambassadeur du Vatican a été “chassé” par les autorités.

“Il devait retourner pour consultation à Rome. Et c’est tout”, a-t-il dit. “Je n’ai reçu aucune demande de la part du nonce apostolique pour venir à Kinshasa”.

AFP / Africanews / MCN

SUR LE MEME SUJET
RDC-Vérité des urnes : “Ensemble pour le Changement” de Moïs... Dans un communiqué de presse daté du 21 février 2019, la plateforme électorale Ensemble pour le Changement de Moïse Katumbi promet de s’exprimer ce dimanche sur les enjeux de l’heure en République Démocratique du Congo. “Tout en respectant la liberté d’expression des uns et des autres, Ensemble ...
RDC: député ou ministre: il faut choisir Quelque 28 ministres du gouvernement sortant Tshibala – toujours pas remplacé depuis l’arrivée à la Présidence de Félix Tshisekedi – avaient jusqu’à ce jeudi soir pour choisir entre leur poste au gouvernement et celui de député auquel ils ont été proclamés par la Céni (Commission électorale nationa...
RDC : “Ce 24 février, si Tshisekedi et Kabila n’ont pas décl... Pour le mouvement citoyen Lutte pour le Changement, “LUCHA”, il faudrait que le nouveau président de la République Démocratique du Congo ainsi que son prédécesseur déclarent leurs patrimoines familiaux conformément aux prescrits de la Constitution. “Ce 24 février, si Félix Tshisekedi et Joseph K...
RDC: Kabila reprend sa famille politique en main L’ex-président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, est sorti de sa toute récente retraite mercredi pour resserrer les rangs de sa famille politique, qui doit devenir une « plate-forme de gouvernement » face au nouveau chef de l’Etat issu de l’opposition Félix Tshisekedi. M. Kabil...

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici