Ecoutez cet article

Aimé Boji, secrétaire général de l’Union pour la nation congolaise de Vital Kamerhe, estime que «la détention, le procès et la condamnation» du président national de ce parti «sont injustes ». Il l’a dit jeudi 8 avril, à l’occasion de la commémoration du premier anniversaire du début de la détention de Vital Kamerhe.

A cette occasion, l’UNC a lancé un appel à la mobilisation sur le thème «J’aime le Congo, je soutiens mon parti». Le parti a réuni à Kinshasa ses membres pour réaffirmer leur soutien à Vital Kamerhe et réclamer une fois de plus sa libération et son évacuation hors du pays pour des soins sanitaires appropriés.

«Nous ne nous fatiguerons jamais de réclamer un procès juste et équitable en sa faveur et son acquittement pur et simple. Malgré que nous sommes privés de notre chef depuis une année déjà aujourd’hui, nous avions mis en place quelques projets innovants. Nous pouvons citer la mise en place pour la toute première fois de notre existence d’une cellule électorale permanente en vue d’améliorer la performance et la compétitivité de note parti aux futures échéances électorales», a expliqué Aimé Boji.

Au cours de ce rassemblement de plusieurs centaines de sympathisants et cadres de l’UNC, le parti a lancé une campagne de collecte des fonds nommée «un dollar pour mon parti».

«Le lancement aujourd’hui de la campagne un dollar pour mon parti est pour nous une façon de démontrer avec force à la face du monde que malgré l’arrestation injuste de notre président national, l’UNC demeure et restera debout, déterminée, unie et mobilisée derrière son leader Vital Kamerhe. Unis nous serons plus forts et la place de Vital Kamerhe n’est pas en prison», a conclu le secrétaire général de l’UNC.

Radio Okapi

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici