Le bilan de la tentative d’évasion à la prison centrale de Bukavu n’est pas encore connu. Des sources pénitentiaires contactées par ACTUALITE.CD parlent d’un mort dont l’identité n’est pas encore connue (parce que défigurée). Les mêmes sources ont identifié trois blessés par balle dont deux prisonniers et un militaire FARDC. Le nombre d’évadés n’est pas encore connu. Les sources de la Police renseignent que l’attaque n’était pas venue de l’extérieur.

Le Général Louis Segond Karawa, nouveau commissaire provincial de la Police nationale congolaise au Sud-Kivu, a appelé la population au calme affirmant que la situation est sous contrôle.

Le crépitement de balle s’est arrêté après environ une heure d’incertitude. Les autorités militaires et policières sont arrivées sur place à la prison.

Située en plein centre-ville de Bukavu, la Prison centrale est à proximité de la 10e région militaire, du bureau provincial de la Police nationale congolaise et du gouvernorat.

(actualité.cd via www.diaspordc.com) 

Situation confuse autour de la prison centrale de Bukavu (Sud-Kivu). Débuté à 14H40 (heure locale), le crépitement de balles se fait encore entendre au centre-ville. Des sources locales parlent d’une tentative d’évasion. Le bilan n’est pas encore disponible.

Située en plein centre-ville de Bukavu, la Prison centrale est à proximité du bureau de la 10e région militaire, du bureau provincial de la Police nationale congolaise et du gouvernorat.

(Papier en développement)

(actualité.cd via www.diaspordc.com) 

Le premier ministre Bruno Tshibala Nzenze a procédé jeudi 27 juillet 2017 au lancement du processus de recrutement de 1000 autres jeunes universitaires du programme dit des « Jeunes professionnels ». La cérémonie qui a eu lieu à l’hôtel du gouvernement (Kinshasa) s’inscrit dans le cadre du projet de réforme et de rajeunissement de l’administration publique (PRRAP) financé par la Banque Mondiale.

Selon Bruno Tshibala, le gouvernement veut rajeunir progressivement l’administration publique en s’appuyant parallèlement  sur la mise à la retraite honorable des agents et fonctionnaires de l’Etat.

«Le gouvernement Congolais a organisé en 2010 l’audit organisationnel de son administration. Les statistiques disponibles a constaté un passif de plus de 250 milles agents remplissant des critères statutaires d’éligibilité à la retraite. La réponse du gouvernement sur cette question est d’organiser un mode compétitif de recrutement pour garantir l’efficacité de l’administration publique. Mais aussi garantir une bonne sécurité sociale aux agents et fonctionnaires de l’Etat éligibles à la retraite. A ce jour, 943 agents et fonctionnaires de l’Etat ont été  mis à la retraite selon le décret du 10 juillet 2017 », a affirmé Bruno Tshibala Nzenze.

Pour sa part l’ancien premier ministre Augustin Matata Ponyo, invité pour la circonstance, appelle les jeunes déjà recrutés au sein de l’administration publique  à prôner les valeurs morales.

«L’intelligence et la compétence ne suffisent pas. Au-delà de la formation que vous avez reçue qui vous a permis d’être choisi, il y a les valeurs morales et les valeurs professionnelles.  Dans l’administration il doit y avoir des valeurs d’éthique, de la bonne gouvernance, la discipline, la rigueur. Nous voulons rénover notre administration et  il faut faire des propositions pour réformer, revigorer  l’administration publique. Si on ne vous écoute pas, il faut insister. Une instance à deux, trois ou cinq fois finit toujours par produire des fruits. Nous avons besoin que la jeunesse puisse donner des propositions, des suggestions sur la réforme de l’administration publique.  Donc il ne faut pas vous décourager », a exhorté le premier ministre honoraire augustin Matata Ponyo.

Dans cadre du rajeunissement des services de l’administration publique, 654 jeunes sont sorties en trois promotions de l’école nationale de l’administration (ENA) dont 54 pour la première, 57 pour la deuxième et 543 pour la troisième promotion.

Willy Akonda Lomaga
[dailymotion src="x3i8yve"/]
Fourni par Blogger.