Des réactions se multiplient après le rapport accablant de l’observatoire congolais pour la dépense publique (ODEP) sur le programme des 100 jours de Félix Tshisekedi.

Selon cette structure de la société civile, plusieurs projets ont été surfacturés et des marchés passés de gré à gré. De quoi « scandaliser » Constant Mutamba qui estime dans un communiqué que ce programme intérimaire a « constitué une opportunité d’enrichissement illicite pour certains acteurs politiques, plutôt qu’un véritable programme qui répond aux besoins réels et urgents de la population ».

Face aux accusations de l’ODEP sur le gonflement des factures et la violation des règles, le leader de Nogec estime qu’il s’agit d’une « indiscipline » de gestion qui s’écarte de la vision d’assainissement des finances publiques telle que prônée par la Coalition FCC-CACH.

Par conséquent, M. Mutamba qui dénonce ce qu’il qualifie de l’absence de transparence dans l’exécution de ce projet appelle à la mise en place d’une commission mixte pour auditer et enquêter sur les fonds alloués à ce programme d’urgence.

Cas-Info

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici