Ecoutez cet article

L’ancien administrateur de l’Agence nationale de renseignement (ANR), Kalev Mutond se dit prêt à répondre devant la justice pour des infractions commises personnellement par lui-même.

Cependant, l’ancien chef de la sûreté nationale précise qu’il ne peut le faire que devant le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo car souligne-t-il, aller rendre compte des actes commis par les services de l’État, c’est mettre le pays dans la rue.

« Moi, je suis prêt parce que c’est la justice de mon pays, je dois collaborer avec la justice de mon pays. Je suis prêt à aller répondre devant la justice des faits infractionnels commis par l’individu Kalev. Je ne peux pas et ne le ferais de nulle part sauf, devant le président de la République. Je ne peux pas moi, aller rendre compte des actes commis dans la gestion des services de l’État, aller parler de l’armée, de la police, de la DGM, et même de l’ANR, je ne peux pas le faire. Comme ancien chef de la sûreté nationale, je ne peux pas le faire. C’est mettre le pays dans la rue », a-t-il indiqué.

Traîné en justice notamment par Jean-Claude Muyambo pour tortures et autres faits infractionnels, Kalev Mutond dit n’avoir reçu aucune plainte.

« J’ai vu ce document comme tout le monde sur les réseaux sociaux. Ce sont des allégations qui sont portées à la connaissance du parquet par un plaignant. Il n’est pas encore dit qui est l’auteur matériel de ces allégations. Je pense donc qu’à ce stade, je ne peux donner aucun point de vue », a-t-il dit.

Tout en reconnaissant qu’au sein de l’ANR, “il n’y a pas que des saints”, l’ancien administrateur général fait remarquer qu’à chaque fois que les agents ont commis des bévues constatées et certifiées, ils ont été sanctionnés.

« Nous-mêmes comme responsables, nous n’encourageons pas que les agents commettent des bévues. Ce que nous disons aux agents (nos OPJ surtout), c’est de faire en sorte que lorsqu’ils sont en face d’un prévenu, d’en faire un ami et lorsqu’ils en font ami, ils ont la possibilité d’obtenir des renseignements dont ils ont besoin. On ne peut pas torturer la personne de qui on veut avoir des renseignements. Ça ne se fait pas », a-t-il insisté.

Il sied de noter que Kalev Mutond est visé par trois plaintes. Les plaignants accusent l’ancien administrateur général de l’ANR des tortures physiques et morales, séquestration etc…. .

Reagan Ndota
Ouragan fm

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici