Ecoutez cet article

Le présidium de la plateforme Lamuka constitué de Martin Fayulu et Adolphe Muzito, a exprimé son opposition ce vendredi 12 mars au recensement de la population comme préalable à l’organisation des prochaines élections de 2023. C’était au cours de la séance de présentation de sa proposition de révision de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI (Commission électorale nationale indépendante).

Martin Fayulu estime que recenser la population avant les élections a pour seul objectif “de glisser”. “Les conditions (dont la sécurité) ne sont pas réunies. L’enrôlement des électeurs est incontournable. Le recensement est trop coûteux. L’objectif de ces institutions illégitimes est de glisser”, dit-il.

La réaction du présidium de Lamuka fait suite à la déclaration du secrétaire général du parti présidentiel, Augustin Kabuya, qui soutenait que ” l’UDPS est pressée d’aller aux élections, mais à une seule condition, qu’ils puissent identifier les Congolais”.

Pour identifier la population, d’après le directeur général de l’Office national de l’identification de la population (ONIP), “il faut 350 millions de dollars”. La même source a estimé que ” si nous commençons maintenant, au plus tard en décembre 2022, nous aurons le fichier général de la population”.

Djodjo Vondi
Media Congo Press

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici