Ecoutez cet article

Le coordonnateur en exercice de la plateforme Lamuka, Martin Fayulu, et le président du parti politique « Nouvel Elan », Adolphe Muzito, ont vulgarisé, ce samedi 20 mars, leurs propositions de réforme de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) auprès de plusieurs étudiants, rassemblés au Collège Boboto.

Face à ces étudiants, Martin Fayulu a insisté sur le respect de la durée de mandat. Le candidat de Lamuka à la présidentielle de 2018 a menacé de faire sortir le peuple dans la rue en cas de glissement en 2023.

Martin Fayulu a aussi fustigé la présence, jusqu’à ce jour, de Corneille Nangaa à la tête de la centrale électorale. Pour lui, ce dernier doit quitter ses fonctions. « Il faut respecter la durée du mandat des membres de la CENI.

Regardez, ils sont là. Aujourd’hui, je les vois se promener partout et parler. Monsieur Nangaa ne peut pas parler au nom de la CENI. Il doit partir », a-t-il déclaré avant de soutenir que l’actuelle loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI donne beaucoup de pouvoir aux membres du bureau de cette institution d’appui à la démocratie qui sont hors mandat.

Pour rappel, les propositions de Lamuka sur la réforme de la centrale électorale, en perspective des prochaines élections, sont relatives à la dépolitisation de la CENI et au renforcement de l’autorité de la plénière. Martin Fayulu et Adolphe Muzito souhaitent que le nombre des membres de la plénière passe de 13 à 23 membres.

Djodjo Vondi
Media Congo Press

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici