Ecoutez cet article

« Je le dis sans peur. Je suis là pour déboulonner le système dictatorial qui était en place, » affirmait Félix Tshisekedi le 4 avril 2019 lors d’une conférence au Council on Foreign Relations, au cours d’un atelier de réflexion sur la politique étrangère, à Washington D.C aux Etats-Unis.

A l’époque, on n’a pas donné beaucoup de crédits à ces paroles parce que le FCC, la plateforme politique de son prédécesseur Joseph Kabila, détenait une majorité insolente tant à l‘Assemblée nationale que dans toutes les institutions électives dont au Sénat et dans les assemblées provinciales.

Depuis la mise sur pied de l’union sacrée de la nation, le déboulonnage a réellement pris forme. Si Célestin Tunda et Thambwe Mwamba ont été contraints à la démission, Jeanine Mabunda et Sylvestre Ilunkamba pour leur part ont été déchus par l’assemblée nationale. Maintenant, c’est le retrait de la garde républicaine à GLM; c’est la personne de Joseph KABILA qui est actuellement atteinte.

En effet, selon la radio Top Congo, les militaires qui auraient la sécurité de GLM ont été relevés et la circulation est rétablie dans ce coin de la commune de la Gombe.

« Levée de toutes les barrières autour de résidence président honoraire de Joseph Kabila dans commune de la Gombe. La circulation est rétablie, militaires ont été relevés, sécurité ne sera plus assurée qu’autour de la résidence dite GLM » souligne la radio TOP CONGO FM dans un tweet.

Autant dire que, peu à peu, Félix Tshisekedi essaie de donner corps à l’Etat de droit qui est son cheval de bataille. Ainsi donc, le système Kabila est en train d’être déboulonné chaque jour qui passe.

Joël IMBOLE
Bosolo

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici