Ecoutez cet article

Le président de la République a, jeudi dans une interview accordée à Deutsche Welle, justifié le report des élections par la CENI à Beni et Butembo dans le Nord-Kivu.

Pour Joseph Kabila, l’usage de la machine à voter dans cette partie de la République, où sévit la fièvre hémorragique à virus Ebola, fait courir un grand risque de contamination à la population et le gouvernement ne peut se le permettre pour regretter après.

 »Tout le monde sait que cette année il y aura usage la machine à voter lors des élections. Cela suppose que tout électeur qui ira voter, va toucher à la même machine. En cas d’usage de la machine à voter par une ou deux personnes contaminées par cette épidémie, cela exposerait la contamination de 500 à 600 personnes (prévues dans chaque bureau de vote). Mais si tu vas à l’église, il y a pas de machine à voter, même chose dans le marché, c’est ça la différence. Et la CENI, et le gouvernement ne devraient pas laisser les gens aller se faire contaminer par l’épidémie pour le regretter après. », a déclaré le président Kabila.

Le président de la République a donné cette réponse pour balayer les accusations selon lesquelles le report des élections à Beni et Butembo sont politiques et non sanitaires ou sécuritaires.

En effet, plusieurs observateurs ont fait remarquer que la campagne électorale s’y est déroulée normalement malgré l’épidémie Ebola et l’insécurité causée par les rebelles Adf.

D’ailleurs, Martin Fayulu a eu droit à un bain de foule lors de son passage là-bas dans le cadre de sa tournée électorale.
En dépit de la double crise sanitaire et sécuritaire, les lieux publics comme les marchés et les églises n’ont pas fermés pour autant, d’après plusieurs observateurs.

Mais pour le chef de l’État, aux marchés et dans les églises il n’y a pas de machine susceptible d’être utilisée par une personne atteinte de Ebola et qui risque de propager le virus à d’autres usagers le jour du vote.

Les élections se tiendront en mars prochain dans cette partie de la République en espérant que l’épidémie Ebola sera sous contrôle, conclut J. Kabila.

Alors que la présidentielle, prévue le 30 décembre, a été annulée à Beni et Butembo notamment, les élections législative et provinciale, sont programmées en mars.
Dans le reste de la République, à l’exception de Yumbi dans le Maï-Ndombe (Ex Bandundu), les élections générales se dérouleront le 30 décembre 2018, d’après le calendrier réaménagé de la CENI.

Fin mandat depuis 2016, le président Kabila n’y participera pas.
Il a désigné son dauphin en août 2018.
Il s’agit de son ancien ministre de l’intérieur Emmanuel Ramazani Shadary.
Aux côtés de Félix Tshisekedi et de Martin Fayulu, il est parmi les 3 favoris à la présidentielle.

Pour rappel, un centre de transit Ebola a été saccagé mercredi à Beni après l’annonce du report des élections.

L’épidémie Ebola a été officiellement déclaré en août dernier à Beni. C’est la 10 ème depuis 1976 quand la première fut révélée en RDC.

G.M.M.

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici