Ecoutez cet article

Il caracole en tête des hommes politiques les plus populaires de la RDC. Moïse Katumbi rafle la mise et talonne ses principaux concurrents.

A lui seul, l’ex-gouverneur du Katanga obtient 43% d’opinions favorables, selon le recent sondage réalisé décembre 2021 mais publié fin mars 2022 par BERCI- Bureau d’études international sur le Congo, avec le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) et Ebuteli, son partenaire de recherche en RDC. Les résultats démontrent que le leader d’Ensemble pour la République devance de 14% l’actuel président de la République dont la cote de popularité chute à 29 %. Entre les deux, l’écart est abyssal. Une marge importante qui prouve que Katumbi est un candidat présidentiable dont les Congolais piaffent d’impatience pour lui donner leur confiance en 2023, analyse un politologue réputé.

De l’avis de Congolais interrogés sur l’ensemble du pays par BERCI, GEC et Ebutuli, Moïse Katumbi reste l’homme politique préféré de la population. Pas de questions à se poser. Les résultats certifient que le président du TP Mazembe a conquis le coeur des Congolais.

Un analyste politique interrogé par Ouragan.cd pense que Katumbi s’est installé solidement pour jouer les premiers rôles lors des joutes électorales de 2023. Et il sera, ajoute-t-il, difficile de le détrôner avec la gouvernance actuelle. Les espoirs de voir le régime Tshisekedi inversaient la courbe sont minimes. Le pouvoir s’engouffre davantage dans des scandales.

Outre les deux poids lourds de la vie politique congolaise, on retrouve Jean-Pierre Bemba et Martin Fayulu, respectivement crédités de 39,68 % et 34,28 %. Certes, Moïse Katumbi accuse une baisse de 16 points dans ce sondage par rapport au précédent effectué, il y a quelques mois, passant de 59 à 43 % d’opinions favorables. Mais celle-ci est beaucoup plus contenue que pour son adversaire direct pour la prochaine présidentielle. Félix Tshisekedi dégringole, lui, de 25 points, passant de 54 % à 29 %.

Selon le Trésor Kibangula, l’analyse politique à Ebuteli, partenaire du Groupe d’études pour le Congo ( GEC) interrogé par Ouragan.cd, le positionnement des acteurs politiques clés sera déterminant dans l’orientation du choix de la population. L’ambiguïté entretenue par Moïse Katumbi “qui n’a toujours pas quitté l’Union sacrée de la nation (USN) bien que les “lignes rouges” qu’il avait fixées, aient été dépassées (ce qui n’est, en toute rigueur, pas tout à fait exact, NDLR)“, joue aussi sur sa cote de popularité.

Une aubaine, d’après un diplomate occidental, pour les partisans du président Tshisekedi qui cherchent à tout prix à le lier au bilan de la gouvernance actuelle pour flouer l’opinion et lui grignoter des points. Le changement d’attitude de Katumbi pourra, précise l’activiste Kalanga Lubutu Merlin, lui redonner beaucoup plus de soutiens. Il est clair que les Congolais déçus cherchent une alternative crédible pour 2023.

Malgré ces points noirs, les proches de MK sont satisfaits de voir leur champion être toujours en pole position. Le camp de l’ex-gouverneur du Katanga peut d’autant plus se satisfaire que la méthodologie utilisée pour réaliser ce sondage, en particulier en ce qui concerne le panel des sondés qui ne recoupe que très imparfaitement la carte électorale du pays (avec une surpondération de Kinshasa par rapport aux autres grands ensembles, notamment l’est où se trouvent les principaux réservoirs de voix), ne favorise pas particulièrement M. Katumbi.

Landry Amisi
Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici