Le parti présidentiel Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), présente ce lundi 8 juin, le remplaçant de Jean-Marc Kabund, au poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale. C’est ce qui ressort de la rencontre d’hier dimanche, entre l’Autorité morale du parti, Félix Tshisekedi et des députés membres du Groupe parlementaire Udps et Alliés. La nouvelle a été livrée tard la nuit à Forum des As, par une source ayant des entrées faciles au directoire de l’Udps.

Selon la source, c’est finalement hier dimanche 7 juin, que Félix Tshisekedi a reçu une trentaine de députés nationaux battant pavillon Udps et Alliés. Au menu des échanges, le choix ou la désignation – c’est selon – du candidat devant succéder à Jean-Marc Kabund A Kabund, président ai du parti de la 11ème rue Limete, éjecté de son poste de premier vice-président de la Chambre dans la dernière semaine du mois de mai dernier.

A l’issue de la réunion, l’Autorité morale de l’Udps a donné son onction suprême à ses interlocuteurs. Cependant, rien n’à fuité quant au nom du député désigné, la primeur étant réservée au bureau de l’Assemblée nationale. Le plus important est que cette ultime bénédiction de Félix Tshisekedi entant qu’Autorité morale de l’Udps, tord définitivement le coup à la cacophonie survenue au sein du parti, quelques heures seulement après l’éviction de Jean-Marc Kabund.

L’opinion se rappelle que depuis la déchéance du président ai du parti présidentiel du poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale, les cadres de l’Udps n’ont pas eu la même lecture des faits. Du coup, ils semblaient déjà allés divisés sur la question de remplacement de Jean-Marc Kabund. Depuis, ces divergences prenaient les allures d’une querelle intestine qui ne devrait pas être profitable au parti.

La première réaction de l’UDPS fut celle de son secrétaire général Augustin Kabuya qui, dans une déclaration politique écrite, le 28 mai, jugeait inopportun la désignation d’un autre, parmi les députés nationaux élus sur la liste du parti, en remplacement de Jean Marc Kabund, comme adjoint numéro 1 de Jeanine Mabunda.

“(…) En conséquence, l’Udps prévient que tout député national élu sur sa liste qui violerait cette résolution susmentionnée, sera considéré comme ayant délibérément quitté le parti et, de ce fait, sera sanctionné conformément aux dispositions pertinentes de la constitution de la RDC et du Règlement intérieur du parti”, soulignait la déclaration.

Par la même occasion, l’UDPS en appelait à la fin de la coalition FCC-CACH et encourageait son président a.i à saisir les instances judiciaires compétentes afin de rentrer dans ses droits. A la suite des conclusions de la rencontre d’hier entre Félix Tshisekedi et le Groupe parlementaire Udps et Alliés, cette l’idée de saisir la justice aux fins de réhabuiliter Jean-Marc Kabund est, désormais, une illusion perdue.

Dans cette même foulée de réactions, le tandem Jacquemin Shabani-Victor Wakuenda prend le contrepied d4Augustin Kabuya, dans une mise au point faite à haute et intelligible voix le lendemain 29 mai. “Le directoire de l’UDPS invite le Groupe parlementaire UDPS et Alliés à assumer pleinement ses responsabilités en prenant de toute urgence les dispositions nécessaires en vue de faire des propositions concrètes, objectives, transparentes, et équilibrées afin de pourvoir de manière judicieuse et responsable au remplacement au poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale”, pouvait-on lire dans ce communiqué signé par le tandem.

DIRECTION ECLAIREE

Le 5 juin, c’est autour du groupe parlementaire de l’UDPS de donner sa position. Par la voix de son président, Léon Mubikayi, il entendait bien présenter un candidat pour occuper le poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale et refuse de pratiquer la politique de la chaise vide, avant d’apporter son soutien à la coalition FCC-CACH. Pendant ce temps, les partenaires de l’UNC veillent au grain, prêts à bondir sur le poste si jamais l’UDPS n’y allait pas …

C’est donc face à toutes ces discordances que Félix Antoine Tshisekedi a finalement décidé de prendre le taureau par les cornes. La rencontre d’hier ayant abouti au choix du candidat du parti au très convoité fauteuil du vice-premier président de la Chambre, procède de cette détermination de Fatshi de remettre de l’ordre dans sa propre boutique. A cette réunion, il s’est fait accompagner d’un important allié, Samy Badibanga Ntita, premier vice-président du Sénat.

Forum des As

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici