Ecoutez cet article

Le Conseil de sécurité des Nations Unies qui a prorogé le vendredi 18 décembre le mandat de la MONUSCO jusqu’au 20 décembre 2020 se félicite, dans son volet politique, de diverses initiatives prises par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Il se félicite aussi des efforts du gouvernement en vue de répondre aux besoins du peuple congolais avant toute considération d’intérêts partisans. Dans ce cadre, le Conseil de sécurité demande à tous les acteurs politiques de faire passer ces besoins avant tout intérêt partisan.

Le Conseil de sécurité souhaite que soient mis en œuvre, les engagements que le chef de l’Etat et son gouvernement tiennent à réaliser notamment l’unité nationale, le renforcement de l’Etat des droits de la personne, le respect de la liberté d’opinion et d’expression ainsi que la liberté de presse et la lutte contre la corruption.

L’action menée par Félix Tshisekedi pour favoriser la réconciliation nationale, la paix et la stabilité du pays, la promotion de la coopération et l’intégration régionales est un autre volet évoqué par le Conseil de Sécurité.

A ce sujet, le Conseil de sécurité souhaite que soit renforcée la présence de l’Etat dans les zones de conflit.

Le Conseil de sécurité demande au secrétaire général de l’ONU et aux organisations régionales de fournir un appui politique au renforcement des institutions de l’État en RDC et au rétablissement de la confiance entre les différentes parties, notamment par leurs bons offices, en vue de consolider la paix et la sécurité l’ensemble du territoire national.

Les exactions commises par les groupes armés condamnées

Le conseil de sécurité a condamné fermement tous les groupes armés opérant en République démocratique du Congo et les violations du droit international humanitaire et d’autres normes applicables du droit international ainsi que les atteintes aux droits de la personne qu’ils commettent. Le conseil a réaffirmé sa condamnation des actes de violence observés en République démocratique du Congo, notamment les attaques contre la population civile, le personnel des Nations unies, le personnel associé et les travailleurs humanitaires ainsi que le personnel médical et les installations médicales.

Dans cette même résolution, les pays membres, ont fermement condamné d’autres actes barbares, tels que les exécutions sommaires, les atteintes à l’intégrité physique, les violences sexuelles, les violences fondées sur le genre, le recrutement et l’utilisation d’enfants, l’enlèvement d’enfants et de membres du personnel humanitaire, ainsi que les attaques visant des écoles et des hôpitaux que commettent ces groupes armés et les milices locales en violation du droit international.

Dans le même volet, le conseil de sécurité a condamné l’utilisation de civils comme boucliers humains, les déplacements forcés et massifs de civils, les exécutions extrajudiciaires et les arrestations arbitraires. Le conseil a, enfin, réaffirmé la volonté de voir les auteurs de tels actes répondre devant les juridictions compétentes.

Radio Okapi

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici