Ecoutez cet article

L’accueil qui a été réservé au Chef de l’État, Félix Tshisekedi, ce jeudi 4 novembre 2021 à l’aéroport de Ndjili après sa tournée diplomatique, n’a pas laissé indifférent le mouvement citoyen la Lutte pour le Changement (LUCHA). D’après le communicateur de la Lucha, Jacques Issongo, c’est le retour en force de la République « Mobutienne » où, dit-il, il y a un parti État.

Cet activiste pro-démocratie, contacté par POLITICO.CD, rappelle, à ce sujet, que ce parti État demandait à ce que les activités soient paralysées le pays ou dans la capitale où le Président Mobutu devrait venir afin que les citoyens l’accueillent.

« Nous ne comprenons pas une si grande institution de la République qui est à la deuxième l’Assemblée nationale que les députés puissent être mobilisés pour aller accueillir le Président de la République. C’est vraiment quelque chose qui n’avait pas existé même sous Kabila où il y avait effectivement une dictature ouverte», regrette-t-il.

Il pense, ce pendant, que cette habitude est à décrier parce que, explique-t-il, le Président de la République, c’est vrai que c’est une institution, il a ses militants de son parti qui peuvent être mobilisés, mais jusqu’à mobiliser les élus du peuple qui devraient normalement se réunir autour d’une plénière aujourd’hui, ils doivent l’annuler pour aller l’accueillir, selon lui, «c’est inadmissible pour un État qui se dit démocratique».

«Pour nous, nous pensons que ces sont des attitudes à oublier et à laisser parce que nous ne sommes plus à l’époque où on avait un seul parti ou un parti État où toutes les administrations publiques et même les écoles et des universités devraient fermer pour accueillir un homme. Et d’ailleurs, même s’il faut accueillir, mais le Président Tshisekedi voyage beaucoup donc chaque fois qu’il va sortir du pays et à son retour nous allons observer ses scènes ? C’est inadmissible parce que par mois l’homme voyage au moins une fois comment ça va se passer ? C’est révoltant, c’est très désolant», déclare le communicateur de la Lucha, Jacques Issongo.

Pour ce mouvement citoyen la Lucha, «le régime Kabila était mauvais. Celui de Tshisekedi est pire».

LUCHA a, à travers son Twitter, indiqué que « sauf que ce n’est pas cette crasse, le problème. Le problème c’est nous, les 100 millions de congolaises et congolais qui acceptons d’avoir ces individus comme dirigeants, au XXIème siècle».

Christian Okende
Politico.cd

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici