Ecoutez cet article

Présent à la déclaration commune des candidats présidents de la République ce jeudi 18 octobre à Kinshasa, Seth Kikuni a, à son terme, dénoncé les quelques intimidations dont il est victime depuis un moment.

« Quelques intimidations de la part des agents de la police judiciaire qui nous ont visité à plusieurs reprises, dans notre lieu de travail, pour des raisons qu’on ignore encore. J’ai demandé à mon avocat d’aller vers eux, de voir un peu de quoi il s’agit. On a été visité plusieurs fois, ce sont des visites récurrentes », a déclaré Kikuni.

S’agissant d’un prétendu soutien à la candidature de Ramazani Shadary, Seth Kikuni s’inscrit en faux.

« Quelque chose pareille n’arrivera jamais, moi je suis engagé pour la rupture, pour le changement. Le FCC c’est la continuité, donc je ne peux pas m’aligner derrière un candidat, qui non seulement à diriger ce pays pendant 17 ans mais aussi ne promet rien que la continuité ».

Selon le plus jeune candidat président de la République, la nation congolaise a plutôt besoin du changement.

« La jeunesse de ce pays, le peuple n’a pas besoin de la continuité, ils ont besoin du changement et je me suis engagé pour ça, j’ai pris le risque de m’engager pour cela. Donc, je ne vois pas pourquoi je vais m’aligner derrière quelqu’un que je combat politiquement », conclu-t-il.

Seth Kikuni est donc parmi les 11 candidats présidents qui ont exigé ce jeudi un certain nombre de choses, dont la mise à l’écart immédiate de la machine à voter.

Jephté Kitsita

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici