Nous avons appris comme tout le monde sur les réseaux sociaux l’information selon laquelle, il serait interdit à notre client de recevoir de la visite de ses proches”, répond l’avocat de Vital Kamerhe, le toujours directeur de cabinet du Chef de l’Etat condamné à 20 ans des travaux forcés et 10 ans d’inéligibilité pour détournement des deniers publics.

“Si cela s’avérait vrai, ça sera un recul et des actes attentatoires aux droits de l’homme et impacterait le système de défense de notre client et son état de santé”, estime Me Jean-Marie Kabengela.

Sur top congo fm, il estime que “ces visites réconfortent (son client), parce que son état de santé n’est pas au point”.

Raison pour laquelle “je pense que les autorités du pays ne peuvent pas arriver jusque-là”.

Juriste, il rappelle que “la loi autorise que le détenu garde contact avec sa famille, ses avocats et ses proches. Ce sont des principes universels”.

Par contre, “ce qui est refusé au détenu, c’est la libre circulation”.

Contrairement à ce qui se raconte, ces visites à la Prison centrale de Makala n’ont “aucune influence sur la procédure en cours”.

Le weekend dernier, plusieurs personnalités politiques et religieuses dont le coordonnateur du FCC Nehemie Mwilanya, le secrétaire général de la CENCO Abbé Donatien Nshole et l’ancien vice-président de la CENI Norbert Basengezi ont fait le déplacement de la Prison centrale de Makala pour une visite “de compassion” à Vital Kamerhe alors que certains estiment qu’il serait en train de se conclure “les accords de Makala”.

Top Congo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici