Écoutez cet article

Le Comité laïc de coordination (CLC) estime que la pétition initiée en vue d’obtenir la candidature du cardinal Laurent Monsengwo à la présidentielle du 23 décembre 2018 risque de distraire la population sur les revendications importantes notamment le respect de l’accord du 31 décembre et la tenue de bonnes élections en RDC.

« Nous percevons cette action comme une façon de nous amener à la distraction pour nous débrancher de réels problèmes qui se posent au pays comme les élections. Nous craignons que cette action soit mise en place pour démobiliser les gens qui voudront prendre place aux actions futures prévues par le CLC pour réclamer la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre et le respect de la constitution, notamment la problématique du troisième mandat du président sortant », a commenté Jonas Tshombela, porte-parole du CLC, joint au téléphone mercredi.

Pour lui, l’église catholique n’a pas lancé un projet dans ce sens.

« Nous n’avons aucune indication de l’église qui montre que le cardinal serait dans ce schéma. La dernière déclaration de la CENCO est claire sur la question des élections dans notre pays. Et nous craignons que cette pétition soit montée pour distraire l’opinion et nous éloigner de l’essentiel », affirme M. Tshombela.

Dans une pétition lancée vendredi 20 juillet à Kinshasa, la Dynamique chrétienne pour l’unité et le développement (DCUD) collecte les signatures pour pousser l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Mosengwo Pasinya à se porter candidat à la présidentielle de décembre 2018. Pour Mme Odette Babandoa Etoa, secrétaire nationale de ce regroupement des organisations chrétiennes, la RDC a besoin d’une personnalité intègre, compétente, qui rassemble et rassure les Congolais.

radio okapi

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici