Ecoutez cet article

La pression sur Bruno Tshibala, après la violente altercation entre son beau-fils et son ancien directeur de cabinet à la primature, est loin de retomber. Des femmes réclament sa démission.

Mardi 20 mars, plusieurs d’entre-elles, déléguées, responsables, leaders et représentantes des organisations, associations de la société civile et confessions religieuses, engagées pour la paix, la bonne gouvernance, la dignité et la promotion des droits de la femme ; se sont réunies pour analyser la situation actuelle au pays.

Après avoir dénoncé « l’insécurité grandissante dans la ville de Kinshasa, qui se caractérise par des kidnappings à répétition par des hommes qui se déclarent être du bureau 2 (services spéciaux de la police), ces femmes ont invité l’actuel Premier ministre à déposer sa démission suite aux événements malheureux qui s’étaient déroulés à la primature.

« Nous exigeons la démission de M. Bruno Tshibala pour préserver l’honneur et l’image du pays, à défaut de se faire déchoir par le parlement. Nous n’avons aucun doute que le président de la République attirera une attention particulière à la voix de la femme », ont-elles déclaré.

Membres du panel des experts de la société civile, ces femmes ont en outre recommandé aux institutions de la République et à toutes les parties prenantes « de s’impliquer pour la sécurisation de la femme afin de lui permettre d’aller aux élections dans un climat apaisé ».

Jeff Kaleb Hobiang

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici