Ecoutez cet article

Sale temps pour Kalev Mutond. L’ancien chef des barbouzes du régime Kabila est visé par plusieurs plaintes. A la tête de l’Agence nationale de renseignements, l’homme de main de Joseph Kabila avait commis beaucoup d’exactions.

Après le bâtonnier Muyambo, le député provincial Udps Gérard Mulumba, l’ancien directeur de cabinet de Moïse Katumbi, Mulongo, c’est le tour du juge Mbuyu de traîner en justice Kalev Mutond.

Lors d’une émission diffusée sur la chaîne YouTube CPL TV, le cadre Ensemble pour la République, Francis Kalombo a annoncé qu’il déposera, au nom de son client, le juge Kyungu, une plainte ce lundi 08 février 2021 contre l’ancien patron de l’ANR, Kalev Mutond.

L’avocat sera accompagné par la famille biologique du juge. Les deux parties s’unissent donc dans cette bataille judiciaire. Selon le porte-parole de Moïse Katumbi, le président démissionnaire du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba, alors ministre de la Justice de l’époque et l’ex-boss de l’Agence nationale de renseignements Kalev Mutond, avaient imposé au juge Mbuyu de condamner Moïse Katumbi en appel dans l’affaire Stoupis mais celui-ci avait refusé.

Le magistrat payera cher par la suite. Un événement malheureux surviendra le soir du 18 juillet 2017. Le juge avait été attaqué. L’avocat rappelle que lors de cette opération, M. Mbuyu avait été criblé de huit balles.

Francis Kalombo ajoute même que son évacuation pour l’Afrique du sud où il devait recevoir des soins appropriés, avait été difficilement autorisée. A travers cette plainte, il demande que justice soit faite. Et que Kalev ou tout acteur majeur impliqué dans ce dossier, subissent la rigueur de la loi.

Rappel des faits

Jacques Mbuyi Lukasu, juge au Tribunal de Grande instance (TGI) de Lubumbashi, a quitté l’hôpital de Johannesburg début juin 2018. Il y était soigné depuis juillet 2017, après avoir échappé à une tentative d’assassinat.

Des individus armés avaient fait irruption à son domicile et l’ont criblé de balles à l’abdomen et des bouteilles cassées sur sa tête. Le drame s’est déroulé à son domicile de Lubumbashi, dans la nuit du 18 au 19 juillet 2017. Le magistrat n’a aucun doute : c’est le pouvoir de Joseph Kabila qui a commandité cette tentative d’assassinat. Jacques Mbuyi Lukasu s’apprêtait en effet à statuer sur l’affaire « Stoupis vs Katumbi ».

Selon l’Institut de recherche en droits humains (IRDH), Jacques Mbuyi Lukasia aurait subit des opérations chirurgicales : élimination d’une partie de l’intestin grêle et du rectum, la colostomie temporaire (un transit intestinal vers un appareillage spécifique extérieur), des greffes des muscles de l’abdomen et des fessiers, le nettoyage général du sang par des transfusions à répétition dues à une grave septicémie (infection générale du sang causée par des balles empoissonnées), des multiples séances de dialyse ainsi que des soins des grosses plaies causées par l’explosion des balles à leurs sorties du corps.

Kokolo Jean
Ouragan fm

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici