Ecoutez cet article

La précédente épidémie avait pris fin en juin 2020. Butembo a été l’un des épicentres de cette épidémie dans cette région de l’est du pays. L’Organisation mondiale de la santé a dépêché une équipe pour enquêter sur l’ampleur de la réapparition du virus Ebola dans cette région.

Tout est parti d’une femme, qui s’est présentée dans un centre de santé de Biena (région de Butembo), avec des symptômes rappelant la maladie à virus Ebola. Il s’agit d’une cultivatrice, dont le mari avait survécu à la maladie, précise le ministre de la Santé, sur la télévision nationale.

Après des analyses en laboratoire, une équipe de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) a confirmé la présence du virus Ebola dans l’échantillon de la patiente qui est décédée de la maladie le 3 février.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 70 contacts ont été identifiés : il s’agit de personnes qui ont de près ou de loin, assisté à l’enterrement de cette patiente atteinte du virus Ebola. Des obsèques qui se sont tenues sans appliquer les mesures de prévention usuelles pour éviter une contamination. Il faudra donc entre 2 et 21 jours d’observations de ces personnes, pour déterminer l’ampleur de la réapparition du virus dans autour de Butembo. En attendant les résultats de ces observations, plusieurs sites ont été désinfectés.

Ce nouveau cas n’est pas une surprise, dans cette région où la fin de l’épidémie avait été déclarée le 18 novembre dernier : selon l’OMS, « il n’est pas rare que des cas sporadiques surviennent après des épidémies majeures. »

RFI

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici