Ecoutez cet article

Le secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), Augustin Kabuya, était dimanche 28 mars 2021 devant les cadres et militants de son parti à la place Sainte Thérèse, dans la commune de N’djili, à Kinshasa. À cette occasion, il a évoqué plusieurs questions politiques, notamment celle des élections de 2023.

Selon lui, le fait qu’on accuse le chef de l’État, Félix Tshisekedi, de ne pas vouloir organiser les élections en 2023, relève de la « malhonnêteté ».

À l’en croire, l’UDPS, son parti, tient coûte que coûte à aller aux élections. « Malgré tout ça, le garant du bon fonctionnement des institutions avait, en son temps, refusé de cautionner ce que Jeanine Mabunda avait fait concernant Ronsard Malonda. Si le chef de l’État voulait s’inscrire dans la logique [d’aller aux élections] vaille que vaille, il allait prendre Malonda et avancer. Mais il les a appelés et leur a donné des conseils », a relaté Augustin Kabuya.

Avant d’ajouter : « Mais aujourd’hui, comme ils veulent prendre des congolais comme des petits enfants, ils reviennent aujourd’hui avec le même discours sous une autre forme. Ce n’est pas sérieux !
L’UDPS est déterminée à aller aux élections à n’importe quel prix », a-t-il tranché.

Pour rappel, les évêques catholiques de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) avaient, début mars, rappellé aux autorités politiques congolaises la nécessité d’organiser les élections en 2023.

Dans sa réplique, Augustin Kabuya avait préféré l’organisation du recensement général de la population avant la tenue des élections. Une position qui, selon LAMUKA, fait craindre un glissement de la date des scrutins.

Emery Yakamua
Actu30

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici