Ecoutez cet article

Arrivé en République démocratique du Congo (RDC) le week-end dernier, Charles Luntadila Diavena, candidat président aux élections du 23 décembre, promet un budget de 300 milliards $US/an, une fois élu à la magistrature suprême.

La bagatelle somme a été dévoilée samedi 8 décembre 2018 lors d’un entretien entre ce candidat et la presse, organisé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (Csac).

Sans pour autant expliquer clairement comment il compte mobiliser cet argent, cet originaire du Kongo Central compte sur le secteur de nouvelles technologies, l’agriculture, les ressources minières, pour réaliser son programme. “Ne nous minimisons pas. Nous avons beaucoup d’argent au Congo démocratique”, a-t-il dit.

Le candidat promet un salaire de 200 $ au dernier fonctionnaire de l’État, la construction d’un centre de santé après chaque 15 minutes de marche pour des soins appropriés sur l’ensemble du territoire national, des bourses d’études pour les étudiants, l’érection de logements sociaux où on y trouvera des stades de football, des centres culturels, des marchés…

Peur des “poids lourds” ?

A la question de savoir s’il n’a pas peur des autres candidats qualifiés de “poids lourds”, Luntadila a répliqué que le terme ” poids lourds ” devrait plutôt se traduire dans les assiettes des Congolais. “Ce n’est pas un T-shirt qui va changer le quotidien des Congolais”. Il a rappelé que le peuple congolais a plutôt besoin de manger, d’étudier, de se faire soigner, sans oublier de bénéficier de l’eau et de l’électricité.

Sans parti ni regroupement politique, le candidat n°8 dit compter sur l’appui des Kimbanguistes pour gagner la course du 23 décembre 2018 dans laquelle il s’engage avec ou sans machine à voter.

MCP

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici