Ecoutez cet article

La rencontre entre Félix Tshisekedi et les députés nationaux ayant rejoint l’« Union sacrée de la nation » a eu lieu dimanche 3 janvier à la Cité de l’Union africaine. Plus de 300 membres de l’Assemblée nationale ont participé à cette rencontre au cours de laquelle le chef de l’État les a invités à voter pour le ticket « Union sacrée » pour le prochain bureau.

C’est une très belle opération politique pour le président Félix-Antoine Tshisekedi, selon Elvis Mutiri wa Bashara. Ce transfuge du FCC (Front commun pour le Congo), qui a rejoint l’« Union sacrée de la nation », avait à ses côtés plusieurs autres anciens membres de la famille politique de l’ex-président Joseph Kabila, dont les très emblématiques Ngoyi Kasanji, Jean-Charles Okoto et Maguy Rwakabuba du PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie).

Plus de 300 députés nationaux ont répondu à cette invitation du président de la République. Ce rassemblement, organisé 48 heures avant la session extraordinaire de l’Assemblée nationale, aura permis au chef de l’État de se rassurer sur la nouvelle configuration politique qui devrait donner une majorité certaine à l’« Union sacrée de la nation », son initiative.

Et c’est au cours de cette session extraordinaire, qui s’ouvre mardi 5 janvier, que le nouveau bureau de l’Assemblée nationale sera mis en place, en remplacement de celui que dirigeait Jeannine Mabunda (FCC), destitué peu avant la fin de la session ordinaire. « Vous n’avez trahi personne, vous vous êtes mis du côté du peuple » a, en d’autres termes, déclaré le président Tshisekedi, en s’adressant à ceux qui ont accepté de le rejoindre dans cette aventure.

« La tendance consistant à faire du président de la République la source de légitimation des autres institutions de la République est contraire au principe de la Constitution. Cela viole le principe de séparation des pouvoirs. »

RFI

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici