Ecoutez cet article

Après une semaine pleine de rebondissement politique, la presse en ligne consultée, ce matin à Kinshasa, revient sur la marche de la plateforme politique de Joseph Kabila, le FCC. Mais, aussi, des sujets abordés au 41ème Conseil des ministres.

Le site d’information 7SUR7.CD qui évoque le dernier Conseil des ministres, titre : « L’armée a salué les récentes nominations et mises en place opérées par le chef de l’État au sein des FARDC (Min. De la Défense) ». Selon le ministre de la Défense Nationale, Aimé Ngoy Mukena, écrit ce média, « les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont salué les récentes nominations et mises en place opérées par le Commandant suprême, le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, au sein de l’armée. » S’agissant de la situation sécuritaire du pays, poursuit le confrère, Aimé Ngoy Mukena a indiqué au conseil des ministres le vendredi 24 juillet 2020, que cette dernière demeure relativement calme et globalement sous contrôle sur l’ensemble du territoire national.

Mais ces nominations ne font pas l’unanimité sur le plan politique. Sur ce point, Digitalcongo.net titre : ‘‘« Le Premier ministre n’est pas un garçon de courses », fustige Shadary’’. Envoyé en mission dans le Haut-Katanga, le Premier ministre Sylvestre Ilunga n’a pas pu contresigner une série d’ordonnances portant mise en place au sein de l’armée et de la magistrature publiées le 17 juillet, écrit ce média. « C’est que dénonce vigoureusement le camp de Joseph Kabila. », ajoute Digitalcongo.net.

Lors de la marche organisée jeudi 24 juillet par le FCC, l’ancien candidat à la dernière présidentielle fustige aussi l’absence de procédure dans cette mise en place des officiers au sein de l’armée et la Justice, fait remarquer ce site. « Quand on nomme les juges constitutionnels, par exemple, ce qu’on demande, c’est le respect de la procédure. Ces juges vont travailler sans problème si on respecte la forme. Le Premier ministre n’est pas un garçon de courses. Il est responsable parce qu’il est chef du gouvernement. Il faut lui laisser assumer ses prérogatives car c’est aussi ça l’État de droit. Voilà pourquoi, nous marchons », fustige Shadary, repris par ce média.

L’Agence congolaise de presse (ACP) revient également sur le conseil des ministre et titre : « Le Président de la République instruit le gouvernement d’arrêter la dépréciation du Franc congolais ». Le Président de la République, Félix Tshisekedi a instruit les membres du gouvernement réunis, vendredi, en conseil des ministres, à prendre des mesures appropriées pour arrêter la dépréciation du Franc congolais, écrit ACP. L’agencier note que le Chef de l’Etat a relevé, dans sa communication, « le pouvoir d’achat de nos compatriotes, principalement les couches sociales les plus vulnérables et les masses populaires laborieuses qui subissent de plein fouet la dépréciation monétaire, continue à baisser. »

Par ailleurs, ACTUALITE.CD, de son côté, évoque le conflit dans les frontières entre la Zambie et la RDC. Pour ce média, « L’armée zambienne a sept jours pour retirer ses troupes du territoire congolais ». Le gouvernement congolais rapporte avoir obtenu gain de cause auprès de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) dans le litige qui oppose la RDC et la Zambie, informe ACTUALITE.CD. « Cette dernière [La Zambie] a un moratoire de sept (7) jours afin de retirer ses troupes présentes au sud-est de la RDC. », rapporte ce média. Avant de signifier que selon les autorités congolaises, les deux localités (Kibanga et de Kalubamba) disputées dans la province du Tanganyika sont bel et bien partie intégrante de la RDC, a tranché la SADC.

Dido Nsapu

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici