Ecoutez cet article

Dans les prochains jours, si pas les prochaines heures, le chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi va devoir mettre fin au suspense politique pour nommer, dans son pouvoir discrétionnaire, le 2ème Premier ministre de son quinquennat après près de 15 mois de gestion de la Primature par Sylvestre Ilunga Ilunkamba, son tout premier Premier ministre issu de la coalition FCC-CACH. Entretemps, plusieurs noms sont cités ou encore des partis et regroupements politiques en lice pour présenter cet oiseau rare. C’est dans cette fièvre des pronostics que le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Augustin Kabuya, donne de la voix. Selon lui, le parti présidentiel n’envisage pas occuper les bureaux du n°5 de l’avenue Roi Baudouin dans la commune de la Gombe. L’UDPS n’est donc pas en lice.

S’il est connu que le remplaçant de Sylvestre Ilunga Ilunkamba sera déniché au sein de la nouvelle majorité parlementaire estampillée « Union sacrée de la nation » (USN), le suspense demeure tout de même autour de cet oiseau rare appelé à conduire le prochain gouvernement qui aura devant lui des défis énormes à relever, notamment sur le plan sanitaire avec la pandémie de Covid-19 et ses effets néfastes, tout comme sur les plans socio-économique et sécuritaire.

Ilunkamba sera-t-il remplacé par Modeste Bahati Lukwebo ? La question demeure même si ce dernier devance tous ses autres concurrents en termes des pronostics pour avoir mené très bien sa mission, en identifiant une majorité rangée dans la vision de l’Union Sacrée, permettant au président Félix Tshisekedi de voir venir les prochaines échéances politiques avec sérénité. Dans tous les cas, la réponse ne relève que du pouvoir discrétionnaire du chef de l’État. Et, ce n’est qu’une question de quelques jours.

En attendant ce suspense qui perdure, d’autres prétendants bougent pour se faire remarquer. Mais au sein du parti présidentiel, l’UDPS, on joue au rassemblement, à l’ouverture.

Dans une déclaration parvenue au Potentiel, Augustin Kabuya, secrétaire général de l’UDPS, a été tranchant. Il veut qu’on laisse le chef de l’État choisir librement celui qui va bien accompagner son programme de gouvernance, tout en précisant que « l’UDPS n’envisage pas occuper le poste de Premier ministre ». Comme pour dire : l’UDPS est généreuse !

« Ne montrons pas à l’opinion que tout ce que le chef de l’État fait, c’est avec l’influence de X ou Y. Il est garant de la nation avec le plein pouvoir. Que les gens se tranquillisent et je ne sais pourquoi il y a des agitations. Laissons le président faire le choix sur le profil qui lui convient, car ça relève de son pouvoir discrétionnaire », a-t-il exhorté.

Et d’ajouter : « Si nous voulons engager un débat ou une campagne médiatique pour montrer à l’opinion que c’est X ou Y qui doit être normalement nommé Premier ministre, nous sommes partis pour la gloire et c’est un mauvais départ ».

À la question de savoir si l’UDPS souhaiterait prendre la Primature pour bien accompagner la vision de Félix Tshisekedi, Augustin Kabuya indique que son parti n’est pas intéressé par ce poste. Il est donc clair que l’UDPS est hors course. « L’UDPS n’est pas intéressée par cette question, car ça n’a jamais été discuté au sein du parti. Pour le moment, nous ne voyons pas pourquoi, nous Udps, nous pouvons être intéressés par ce poste-là. Nous laissons aussi les autres partis s’exprimer », a-t-il conclu.

C’est clair comme l’eau de roche pour ceux qui versent déjà dans la manipulation des réseaux sociaux. Le président de la République piochera son Premier ministre au sein d’une autre famille politique que la sienne. Précision du secrétaire général de l’UDPS.

Pitshou Mulumba
Le potentiel

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici