Ecoutez cet article

L’actualité dans les colonnes des journaux parus ce vendredi à Kinshasa est dominée par le lancement de la feuille de route de la Cenco sur le cycle électoral.

« Elections 2023 : la Cenco lance sa feuille de route », annonce FORUM DES AS. L’épiscopat catholique congolais maintient ainsi la pression sur la classe politique, soupçonnée de vouloir jouer aux prolongations. Le jeudi 18 mars au centre interdiocésain de Kinshasa, la Cenco, à travers son Secrétaire général, l’abbé Donatien Nshole, a procédé au lancement officiel de son « Agenda 2023 », une feuille de route balisant la voie pour la tenue du scrutin de 2023.

Selon l’abbé Nshole, « l’Agenda pour les élections de 2023 n’est pas une feuille de route pour combattre les acteurs politiques. C’est plutôt un programme planifié pour mobiliser la population autour de la question électorale, afin que son vote arrive au pouvoir des personnes et programmes qui répondent à leurs aspirations ».

A propos du cycle électoral 2023, LE PHARE s’interroge, « Pourquoi l’Episcopat catholique s’agite-t-il ? ». Depuis un certain temps, note le confrère, les Evêques catholiques battent campagne contre le glissement du cycle électoral, avec comme cible privilégiée le nouveau pouvoir. Après avoir mis en garde le Chef de l’Etat et le gouvernement contre tout dépassement du délai butoir de 2023 pour la tenue des élections présidentielles, législatives nationales et provinciales, sénatoriales et autres, dans leur dernier message publié sous le label Cenco, ils opèrent tantôt en solo, pour crier à la ronde qu’il y a risque de prolongation du mandat du Président de la République et d’autres membres des institutions nationales et provinciales.

Pour LE PHARE, les discours des Evêques catholiques sur le processus électorale font penser, à bien d’égards, à leur nostalgie du schéma de Genève, celui-là même qui devrait leur permettre de placer au pouvoir des pions prisonniers d’engagements pris avec des multinationales bien connues de certaines chancelleries occidentales et africaines. Le journal de Polydor Muboyayi soutient que la feuille de route de la Cenco est un calendrier électoral camouflé pour des élections anticipées.

L’AVENIR, pour sa part, souligne « Eglise catholique-pouvoir, pas de nuages ». En effet, après la visite que lui a rendue pour la deuxième fois le président de l’Assemblée nationale Mboso N’Kodia, le Cardinal Fridolin Ambongo a été très clair. « Les rapports entre l’église catholique de la RDC et le pouvoir actuel, sont au beau fixe, sont de très bon rapports. Le pouvoir fait son travail de pouvoir politique et l’église fait son travail d’église. Et il est tout à fait normal que de temps en temps il y en a qui ont l’impression qu’on ne se comprend pas. », a laissé entendre Fridolin Ambongo.

Dans un autre registre, l’Agence congolaise de presse rapporte que Félix Tshisekedi a échangé par visioconférence, jeudi, à partir de la Cité de l’Union africaine, avec M. Strive Mayisiwa, Directeur général de la société « Econet-Liquid Télécom », spécialisée dans la fourniture de la connectivité large bande par fibre optique et satellites en Afrique de l’Est, Australe et de l’Ouest.

Au menu de leur entretien, le lancement officiel de l’interconnexion entre les Océans Atlantique et indien par la fibre optique dont la RDC est le hub.

Théodore Ngangu Ilenda

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici