Ecoutez cet article

Les consultations du Premier ministre en vue de la formation du gouvernement dit de l’Union sacrée est la principale information de ce jour. Les journaux évoquent également le message des évêques catholiques congolais à l’issue de leur dernière session, en rapport aux prochaines élections et des enjeux de l’heure politiques de l’heure, ainsi que l’élection des membres du nouveau bureau de du Sénat.

« Consultation bouclées, cap vers la mise en place du gouvernement », annonce LE POTENTIEL. Avec la fin officielle des consultations, lundi 1er mars, le gouvernement de l’Union sacrée est attendu d’ici la rentrée parlementaire. Après avoir entendu quasiment toutes les couches socio-politiques de la nation, le Premier ministre a désormais toute la situation sous contrôle, estime ce journal qui insiste par ailleurs :« Sama Lukonde devra faire diligence de sorte qu’avant la reprise du chemin de l’hémicycle du Palais du peuple par les députés nationaux pour la session ordinaire de mars 2021, son équipe gouvernementale soit rendue publique ».

Ceci, estime LE POTENTIEL, lui permettra de présenter à temps son programme de gouvernement devant les élus du peuple qui devront investir son gouvernement et lui permettre d’amorcer des réformes voulues par le chef de l’État et relever les grands défis pour le mieux-être de la population congolaise.

Mais, souligne notre confrère, le Premier ministre doit d’abord gérer les ambitions des regroupements politiques et personnalités consultés avant de mettre sur pied un exécutif qui doit refléter les forces en présence au sein de cette alliance plus qu’hétéroclite qu’est parvenu à concrétiser le président Félix Tshisekedi.

Alors que FORUM DES AS titre : « Prochain Gouvernement : Ne Muanda Nsemi partant ! »

Zacharie Badiengila dit Ne Mwanda Nsemi a été reçu hier lundi 1er mars par le Premier ministre Sama Lukonde Kyenge, dans le cadre des consultations des forces politiques et sociales, signale ce tabloïd. A cette occasion, poursuit-il, le président national de Bundu dia Mayala (BDM) a fait part à Jean-Michel Sama Lukonde de son intention de faire partie de la prochaine équipe gouvernementale. Et de citer le patron de Bundu di Mayala : ” J’ai parlé avec le Premier ministre de la formation du Gouvernement. Je lui ai confié notre intention de faire partie de ce Gouvernement.

La dictature qui a gangrené ce pays, a combattu la liberté de pensée et d’opinion pendant 19 ans. Le régime Kabila a été beaucoup combattu par l’UDPS et par mon parti. Maintenant qu’on tend vers la formation d’un nouveau Gouvernement, il est tout à fait normal que nous venions voir le Premier ministre pour lui en parler de vive voix, notre intention de faire partie de son Gouvernement “.

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) recommande au Président Félix Tshisekedi de tenir compte du profil éthique des membres du prochain gouvernement et des gestionnaires des entreprises publiques, de garantir la moralité dans le respect de la Constitution et des lois de la République et de veiller à la formation d’un gouvernement efficace. Ces recommandations sont contenues dans le message du Comité permanent de la CENCO intitulé « Déchirez votre cœur et non vos vêtements. Le Peuple attend toujours ».

Au sujet de la déclaration du Comité permanent de la CENCO, L’AVENIR titre : « Nomination des membres du gouvernement : La CENCO propose un portrait-robot». Paraphrasant les prélats catholiques, ce journal note : « Il ne suffit pas seulement de changer de camps politiques, faut –il encore rompre avec les anti-valeurs et s’engager à travailler. Raison pour laquelle seuls les hommes et les femmes qui ont fait preuve de d’une bonne éthique dans leur passé et qui ont une expérience dans le domaine requis, soucieux pour le bien –être de la population, méritent d’être cooptés pour gérer les institutions de l’Etat et les entreprises publiques».

LE POTENTIEL titre pour sa part :« CENCO : Le peuple sera frustré de voir revenir au pouvoir ceux qui ont participé au pillage et à la violation des droits de l’homme». Les princes de l’Eglise souhaitent, à travers un message, que les adhésions à l’Union sacrée de la Nation ne soient pas seulement motivées par le positionnement politique, rapporte ce journal.

« Après Muzito, la CENCO dit non au glissement », titre FORUM DES AS qui rapporte : « Des élections crédibles, transparentes et apaisées en 2023 et pas plus tard, recommandent les Evêques membres du Comité permanent ».

Les Evêques catholiques se rappellent au bon souvenir de la classe dirigeante, indique ce journal qui explique en outre qu’ « Archevêques et évêques membres de cette instance de la CENCO alertent déjà sur les élections de 2023. Question ” d’éviter tout prétexte pour un glissement quelconque ».

Toujours à ce sujet, dans son éditorial qui porte le titre : « Chasser ” l’esprit de glissement “, FORUM DES AS écrit notamment : « Rebelote ! L’esprit de ” glissement ” hante le corps ” RDC ” ! Sans attendre, les Evêques catholiques amorcent des prières pour conjurer ce ” mauvais esprit “. Les pères spirituels des Catholiques congolais, tels des lanceurs d’alerte, sonnent le tocsin. Si les gouvernants ne commencent pas aujourd’hui la préparation des échéances 2023, demain il sera trop tard. Le diable de ” glissement ” sera, une fois de plus ou de trop, au rendez-vous ».

« Difficile, en effet, de résister à la ” boulimie des affamés ” pour certains et à l’ivresse du lait pour d’autres. 2023 devient soudain, un horizon repoussoir.

Face à ce qui peut ressembler à la ligne de crête, le clergé catholique peut puiser dans son ADN pour continuer à prêcher à temps et à contretemps pour ” lier l’esprit de glissement et le jeter dans des lieux arides”, relève-t-il par ailleurs, avant de s’exclamer : « Amen ! »

Enfin en rapport avec l’élection des membres du bureau du Sénat, contrairement à l’Assemblée nationale, la « magie » ticket unique de l’Union sacrée n’a pas marché au Sénat, titre FORUM DES AS.

A part, précise-t-il, le président et le rapporteur, les quatre autres postes à pourvoir sont ouverts.

Pour FORUM DES AS, C’est une nouvelle page de l’histoire que les sénateurs congolais écriront ce mardi 2 mars. Après la Chambre basse, le 3 février dernier, la Haute assemblée du Parlement élira demain, les six membres de son nouveau Bureau définitif.

Cependant, rappelle ce journal, contrairement au vote à l’Assemblée nationale, la «magie» mieux la formule «ticket unique» de l’Union sacrée n’a pas marché au Sénat.

Si au terme de leur réunion du 20 février dernier, les 84 sénateurs de l’Union sacrée s’étaient mis d’accord sur la clef de répartition de postes en fonction de grands ensembles géographiques, ils n’avaient pas cependant, trouvé de consensus sur les candidats uniques à chaque poste. Par conséquent, quatre postes sur les six à pourvoir sont ouverts, relève FORUM DES AS.

«Bahati, le grand jour pour occuper le poste que Kabila li a refusé hier ». L’histoire retient qu’en juillet 2019, écrit LE POTENTIEL qui en ce qui le concerne, propose ce titre, dans la course à la présidence du Senat, Modeste Bahati avait preuve de courage, voire d’intrépidité pour affronter le FCC. Près de 2 ans après, le revoici en position de force. Candidat unique de l’Union sacrée, l’autorité morale de l’AFDC-A devra sans faute remplacer son challenger d’hier Alexis Thambwe Mwamba, au perchoir du Sénat, selon ce journal.

Boni Tsala
(BTT/PKF)

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici