Ecoutez cet article

L’affaire de l’assassinat de Luca Attanasio continue de défrayer la chronique. Plusieurs journaux parus ce matin reviennent sur la question.

« Affaire Attanasio : les questions de Rome », titre LE PHARE qui rapporte que l’Italie a réservé, hier jeudi 25 février 2021 à Rome, des funérailles nationales à son ambassadeur Luca Attanasio, tué le 22 février dans une embuscade à Kibumba, à 15 kilomètres d Goma, dans le Nord-Kivu, ainsi que son garde du corps, Vittorio Lavocacci.

En marge de cette cérémonie d’hommage, poursuite le journal, les autorités italiennes tiennent à ce que toutes les zones d’ombres soient élaguées au sujet de la présence de Luca Attanasio, de son garde du corps et de leur chauffeur dans une zone réputée fort dangereuse car infestée de forces négatives. A ce sujet, Rome vient d’adresser des questions embarrassantes aux Nations unies en général et au PAM en particulier.

Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères, pense que la responsabilité du drame incombe entièrement aux Nations unies et au PAM, organisateurs du voyage de Luca Attanasio dans le Nord-Kivu.

A ce sujet, L’AVENIR rapporte que la RDC rappelle à l’ordre le corps diplomatique. A l’issue du Conseil de sécurité convoqué par le président de la République le jour de l’assassinat de l’ambassadeur italien, il a été décidé que les ambassadeurs et autres responsables des représentations ne peuvent plus quitter Kinshasa pour l’intérieur du pays sans en informer le chef de la diplomatie congolaise et les services compétents ; l’engagement ferme a été pris pour renforcer la sécurité dans les zones rouges, c’est-à-dire les parties de la RDC considérées comme à haut risque.

En plus, le Conseil de sécurité va mettre tout en œuvre pour dénicher les commanditaires de ce crime crapuleux et leurs complices intellectuels, poursuit le quotidien.

De sa part, L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE rapporte qu’une équipe d’enquêteurs dépêchée par le gouvernement de la RDC est arrivée jeudi, à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu et s’est dit favorable à travailler en étroite collaboration avec les enquêteurs italiens et ceux de l’Union européenne, a indiqué la presse présidentielle.

Selon la source, poursuit l’agence, cette équipe, constituée de 6 experts des différents services de défense et de sécurité, va travailler avec les experts locaux déjà à pied d’œuvre depuis lundi dernier, jour du meurtre de l’ambassadeur Luca Attanasio, à Kibumba.

« Kabuya brandit le carton rouge à Gilbert Kankonde », titre FORUM DES AS qui indique que selon le secrétaire général de l’UDPS, seuls les membres de l’Exécutif démissionnaire qui contribuaient régulièrement aux finances du parti, seront reconduits.

Pour le journal, c’est un véritable pavé dans la marre qu’a jeté le Secrétaire général de l’UDPS devant des combattants chauffés à blanc. « Ne mâchant pas ses mots, Augustin Kabuya, tel un enseignant, a distribué de bonnes et de mauvaises notes à ses élèves. En l’occurrence, aux ministres UDPS présents dans le Gouvernement démissionnaire.

La mention médiocre ? Augustin Kabuya la décerne au premier des ministres UDPS. Gilbert Kankonde en personne ».

Socrate Nsimba

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici