Ecoutez cet article

Les activités, notamment du couple présidentiel, organisées dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme et le débat suscité par une déclaration des évêques catholiques congolais sur l‘organisation des prochaines élections générales en RDC sont les sujet à la une de l’actualité ce mardi.

« Félix Tshisekedi inaugure la Mutuelle financière des femmes africaines (MUFFA) ». En marge de la célébration de la journée internationale de la femme, le président de la République Félix Antoine Tshisekedi, a inauguré, ce lundi la première unité de la Mutuelle financière des femmes africaines (MUFFA), annonce L’AVENIR qui propose ce titre, Il s’agit, explique—t-il, d’une coopérative financière créée dans l’objectif de favoriser l’inclusion financière et fournir des services financiers aux femmes à faible revenu dans les zones urbaines et périurbaines.

Toujours à ce sujet, LE PHARE titre :« Fatshi à Somba Zigida pour soutenir la MUFFA ». On a constaté, pour la circonstance, l’arrêt total des activités commerciales dans ce site de négoce de la capitale où la population marchande est à dominante féminine. Une grande foule de curieux s’est également invitée à la fête, rapporte-t-il.

« Le plaidoyer de Denise Nyakeru chez Sama Lukonde », titre L’AVENIR. Dans le cadre la journée internationale de la femme, la distinguée première dame de la République démocratique du Congo, Denise Nyakeru, a plaidé en faveur de la parité homme- femme dans la formation du futur gouvernement, lors de la rencontre ce lundi 8 mars, avec le Premier ministre, Jean -Michel Sama Lukonde, selon notre confrère.

Au sujet du débat sur l‘organisation de prochaines élections générales en RDC, « Lançant les préparatifs du marathon électoral : Corneille Nangaa : “il n’y a aucune raison pour que les élections ne se tiennent pas en 2023”, titre FORUM DES AS.

Les élections présidentielle et législatives peuvent bien se tenir en 2023, a affirmé le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), lors de la clôture, le dimanche 7 mars dernier, d’un atelier de six jours, sur le renforcement des capacités en logistique électorale. A en croire Corneille Nangaa, la fin de cette formation entraine le début des préparatifs de prochaines élections, écrit ce tabloïd. Ce dernier précise en outre que « Le président de la Ceni a, à cet effet, sollicité l’accompagnement des institutions et autorités du pays, en commençant par le Chef de l’État, le chef du gouvernement, ainsi que les députés et sénateurs, pour que ce processus électoral, déjà lancé, arrive à son terme. Il a reconnu qu’au stade actuel, il existe un vrai débat sur des réformes à engager au niveau de la Ceni, mais ces questions restent politiques. Et d’ajouter que son institution est là pour accompagner des questions aussi politiques que juridiques. Mais pour le moment, soutient Corneille Nangaa, la Ceni travaille sur des questions techniques qui ne peuvent pas attendre. Ce, en attendant que toutes ces questions politiques, juridiques et techniques soient mises ensemble pour concourir aux élections de 2023 ».

Le même FORUM DES AS, dans un article qui porte le titre : « Fayulu et Muzito présentent la proposition de LAMUKA sur la révision du fonctionnement de la CENI », estime que

Martin Fayulu et Adolphe Muzito ont déjà la tête tournée vers les élections de 2023.

Les deux leaders de la coalition LAMUKA ne comptent pas aller à ces joutes électorales avec le présent format de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dont la majorité de la classe politique congolaise a noté des faiblesses pendant le dernier cycle électoral, signale ce journal.

Pour aller à l’essentiel, dit-il, ces opposants, à la tête du présidium de LAMUKA, prévoient de présenter, le vendredi 12 mars au CEPAS à Gombe, leur proposition de révision de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI.

Mais dans un autre un autre article ainsi intitulé : « Pour l’UDPS, l’identification de la population passe avant la tenue des élections de 2023 », FORUM DES AS, rapporte qu’« Au cours de la cérémonie d’investiture du Comité fédéral de l’UDPS-Funa, le dimanche 7 mars courant, le Secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Augustin Kabuya est revenu sur la question ».

Selon Augustin Kabuya, cite-t-il, pour avoir des élections crédibles en 2023, il faut absolument au préalable penser à la question de l’identification de la population.

“L’UDPS est pressée d’aller aux élections mais à une seule condition, qu’on puisse identifier les Congolais. Qui est Congolais et qui ne l’est pas, parce que nous ne voulons pas qu’il y ait des troubles comme lors de dernières élections ici.

Toujours à ce propos, L’AVENIR titre : « Les élections en 2023 sont possibles, selon Corneille Nangaa ». Les évêques ont parlé, les politiques ont réagi, les techniciens viennent de fixer les points, indique ce journal qui invite par ailleurs : « L’opinion est donc appelée à la patience, et surtout à accompagner les institutions du pays ».

Boni Tsala
Digital Congo

DiaspoRDC TV

1 COMMENTAIRE

  1. La RDCongo et ses Politiciens :
    Peut on confirmer ici que notre Patrie n’a pas la chance ! Hier nous savions qu’avec un type à l’idéologie Tshisekediste, l’RDCongo avancerait mais hélas !!! Qui vivra verra… UDPS au pouvoir mais avec des plaintes coe qui dirait, il a besoin de se proposer son propre cahier de charges pour gérer le Pays. Désordre sur désordres jusqu’au sommet de l’Etat. Tribalisme j’aimais observer en RDC depuis son histoire. Contradiction et quête des problèmes pour bloquer les les élections de 2023, en quoi est-ce que l’UDPS diffère hier du PPRD??😳😳😳🤔🤔🤔 Nous voulons un Congo réellement Démocratique, avec des Leaders qui respectent leurs paroles et promesses. Plus le moment de la démagogie pour se pérenniser au pouvoir, pas question de toucher sur notre lois des lois qui est LA CONSTITUTION. L’insécurité à l’EST serait une propriété mais hélas… Les vies humaines tombent chaque jours sans aucune solution pour bloquer cette hémorragie. Le SANG DES INNOCENTS CRI VENGEANCE à Béni ds le Nord Kivu, au Sud-Kivu et en Ituri…la gratuité de l’école primaire reste une honte, le social de même, les droits de l’Homme on en parle même pas et comme n’a jamais eu de chances, la priorité devient LE VACCIN COVID-19 😳😳😳😳🤔🤔🤔 Regardons bien la suite de la vaccination aboutira en quoi !

    Nous restons saisie de la situation qui se trame dans notre Patrie et vous observons. Nous voulons bien la Paix, la Justice et le Travail pour garantir aux filles et fils de la RDCongo de jouir aussi les bien de leur Pays. Ne vous baissez pas aux Occidentaux afin de sacrifier nous qui sommes vos compatriotes. Soyez donc des vrais Rdcongolais au service de la RDC.

    Bien à vous,

    ZENGA NKORANYI NAMULUNDI
    CIDHOP AFRICA ONGDH et Délégué Principale des Forces Vives de la RDC en Ouganda.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici