Ecoutez cet article

Plusieurs sujets sont abordés par les journaux parus ce lundi à Kinshasa, entre autres, les raisons du retard de la publication du gouvernement.

Plus d’un mois après la nomination de Jean-Michel Sama Lukonde au poste de Premier ministre, la fumée blanche-annonciatrice de la sortie du gouvernement- tarde à sortir de l’avenue Roi Baudouin, siège de la Primature.

Différentes raisons sont alors avancées pour justifier le retard, voire le blocage de la formation du Cabinet Sama Lukonde.

FORUM DES AS note à ce sujet, qu’après les 82 candidats Udps, l’hypothèque Katumbi, les prétentions des transhumants FCC, « Augustin Kabuya révèle : “La non représentativité de la femme bloque la sortie de l’équipe Sama” ». « Le chef de l’Etat ne veut pas signer l’ordonnance suite au non respect des consignes liées à la représentativité de la femme par les chefs des partis et regroupements politiques », a révélé le secrétaire général de l’Udps devant les militants du parti présidentiel dimanche 28 mars à la place Ste Thérèse lors de l’installation du comité fédéral Udps-Tshangu.

Félix Tshisekedi avait promis aux femmes congolaises de leur accorder un quota de 30% dans l’équipe Lukonde dont la publication reste désormais suspendue à l’arbitrage du chef de l’Etat.

L’Agence congolaise de presse (ACP), rapporte que le Président Félix Tshisekedi participera au sommet virtuel sur le climat initié par les USA. C’est l’ambassadeur des USA, Mike Hammer, qui a remis samedi l’invitation du Président Joe Biden au Président de la RDC.

Cette invitation est une reconnaissance du rôle majeur que joue la RDC dans l’équilibre écologique de la planète, grâce à sa forêt équatoriale, qui fait d’elle le leader continental dans la lutte contre le changement climatique.

L’AVENIR, qui planche sur la visite du chef de l’Etat Félix Tshisekedi au Qatar, annonce un partenariat historique entre ces deux pays. En effet, le Président de la RDC est arrivé à Doha au Qatar le dimanche 28 mars sur invitation de l’Emir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani. Il s’agit d’une visite de travail officiel au fond diplomatique et économique très important pour les deux Etats. Sur le plan économique, on parle des accords techniques au niveau commercial et dans le domaine de la fiscalité, notamment.

LE PHARE invite l’Inspection générale des finances (IGF) à effectuer un audit général du Portefeuille, après les scandales Secope et Fecofa. Pour le confrère, l’IGF a l’obligation de fixer l’opinion sur les états financiers réels de la SCTP, ex-Onatra, l’Office congolais de contrôle, la SCPT, la SNEL, la Gécamines, la Sokimo, la SNCC, la RVA etc.

Il y a tellement d’accusations de mégestion à charge de leurs mandataires, formulées régulièrement par les syndicats-maisons, que seul un audit général, pourrait permettre à l’Etat propriétaire de savoir comment est géré son patrimoine.

Théodore Ngangu Ilenda

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici